Le camp Fillon parie sur l'arme du référendum à l'UMP

vendredi 14 décembre 2012 19h52
 

PARIS (Reuters) - Les contacts directs entre Jean-François Copé et François Fillon sont rompus, mais les partisans de l'ancien Premier ministre veulent croire que le "piège" du référendum parlementaire va se refermer sur le président proclamé de l'UMP et le faire céder.

"Inébranlable" de l'avis de ses proches, le député-maire de Meaux se fixe désormais janvier pour horizon afin d'avancer de nouvelles propositions pour résoudre la crise née de l'élection à la présidence du parti, le 18 novembre.

Mais sa stratégie commence à inquiéter au sein de ses soutiens parlementaires.

Après la création du groupe dissident "R-UMP" par François Fillon, la "bombe" du référendum de mardi menace d'achever l'implosion. Du moins les "fillonistes" veulent-ils le croire.

"Bernard Accoyer a eu une idée intelligente. C'est un piège pour Copé. La grosse majorité va dire 'oui' à un vote avant l'été, ça va accroître son isolement", estime l'un d'eux.

"Copé fait le pari du pourrissement, mais la montre joue contre lui", ajoute-t-il.

L'ancien président de l'Assemblée nationale, qui s'est rallié à François Fillon le 28 octobre, organise mardi à l'Assemblée, de 12h30 à 14h00, un vote à bulletin secret et sans procuration sur le bien-fondé d'une nouvelle élection à la présidence de l'UMP avant l'été 2013.

Députés, sénateurs et eurodéputés sont invités à s'exprimer. Lors d'un pointage mercredi, 185 parlementaires -115 députés et 70 sénateurs- se disaient prêts à participer à la consultation.

"RETOUR À LA IVe RÉPUBLIQUE"   Suite...

 
<p>Les contacts directs entre Jean-Fran&ccedil;ois Cop&eacute; et Fran&ccedil;ois Fillon sont rompus, mais les partisans de l'ancien Premier ministre veulent croire que le "pi&egrave;ge" du r&eacute;f&eacute;rendum parlementaire va se refermer sur le pr&eacute;sident proclam&eacute; de l'UMP et le faire c&eacute;der. /Photo prise le 18 novembre 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>