L'envoyé du gouvernement à la porte de Fessenheim

vendredi 14 décembre 2012 11h11
 

FESSENHEIM, Haut-Rhin (Reuters) - Francis Rol-Tanguy, le tout nouveau délégué interministériel chargé de la fermeture et de la reconversion de la centrale nucléaire de Fessenheim, s'est vu interdire vendredi l'entrée du site par une manifestation des salariés.

La mise à l'arrêt, d'ici 2016, des deux réacteurs de la plus ancienne centrale nucléaire de France, a été annoncée le 14 septembre par François Hollande, qui confirmait ainsi une de ses promesses de la campagne de l'élection présidentielle.

Francis Rol-Tanguy, qui se rendait vendredi matin dans les installations des bords du Rhin, pour une première prise de contact avec la direction et les représentants du personnel, a été accueilli dès l'entrée par une manifestation de 150 salariés hostiles à la fermeture qui arboraient des drapeaux syndicaux.

Plusieurs élus de la communauté de communes, eux aussi opposés à l'arrêt de la centrale, étaient également présents.

"Produire du courant est notre métier, la sécurité est notre devoir", proclamait une banderole de l'intersyndicale.

Le délégué interministériel a finalement rebroussé chemin. Il devrait tenir une conférence de presse dans la journée à la préfecture du Haut-Rhin.

Patrick Genthon, avec Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

 
<p>Francis Rol-Tanguy, le tout nouveau d&eacute;l&eacute;gu&eacute; interminist&eacute;riel charg&eacute; de la fermeture et de la reconversion de la centrale nucl&eacute;aire de Fessenheim, s'est vu interdire vendredi l'entr&eacute;e du site par une manifestation des salari&eacute;s. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler</p>