Le métro du Grand Paris coûterait 30 milliards d'euros

jeudi 13 décembre 2012 19h25
 

PARIS (Reuters) - Le futur métro Grand Paris Express devrait coûter 30 milliards d'euros, soit 9,5 milliards de plus que prévu en 2008, selon un rapport remis jeudi au gouvernement qui suggère d'étaler les travaux au-delà de l'échéance de 2025 initialement prévue.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, annoncera le 15 février ses arbitrages sur le séquençage et le financement du projet, a précisé la ministre de l'Egalité des territoires, Cécile Duflot, selon le député UMP Yves Albarello, rapporteur du suivi et de l'application de la loi du Grand Paris.

Dans son rapport, Pascal Auzannet, ancien cadre dirigeant de la RATP, souligne que "jusqu'à présent, la question du séquencement a toujours été un sujet 'tabou'".

"Il était même évoqué l'utilisation simultanée de '10 tunneliers' alors que la crise des financements publics étaient déjà prégnante", poursuit cet expert.

Quand la promesse de réaliser les travaux simultanément et en totalité avant 2025 a été faite pendant le mandat de Nicolas Sarkozy, "les contraintes économiques et financières ont totalement été ignorées", dit Pascal Auzannet.

Le rapport propose trois scénarios avec des dates d'achèvement différentes mais un coût toujours proche de 30 milliards d'euros.

Le premier reprend l'objectif d'une mise en service en 2025, ce qui supposerait de porter à 12 milliards d'euros (contre 4,9 milliards initialement envisagé) la dotation de l'Etat et les subventions des collectivités territoriales.

Ceci "dans le contexte budgétaire actuel n'est, de toute évidence, pas envisageable", écrit l'auteur. Il faudrait en outre construire 18 kilomètres par an en moyenne, un rythme qui n'a selon lui jamais été constaté en Europe, "peut-être en Chine où les conditions de travail sont différentes".

Le deuxième scénario a pour horizon une mise en service totale en 2030, avec un coût de 12 milliards d'euros d'ici 2020.   Suite...

 
<p>Le futur m&eacute;tro Grand Paris Express devrait co&ucirc;ter 30 milliards d'euros, soit 9,5 milliards de plus que pr&eacute;vu en 2008, selon un rapport remis au gouvernement qui sugg&egrave;re d'&eacute;taler les travaux au-del&agrave; de l'&eacute;ch&eacute;ance de 2025 initialement pr&eacute;vue. /Photo d'archives/REUTERS</p>