Le secrétaire général de FO favorable à des nationalisations

jeudi 13 décembre 2012 08h51
 

PARIS (Reuters) - Le secrétaire général du syndicat Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, s'est dit favorable jeudi à la nationalisation de certaines entreprises, notamment dans la sidérurgie et les chantiers navals, afin de prévenir des fermetures.

Cette arme, brandie par le gouvernement notamment pour le site ArcelorMittal de Florange en Lorraine, n'a pour l'instant pas été utilisée, au grand dam des syndicats de ce lieu qui y voyaient leur seul espoir.

Jean-Claude Mailly a dit sur RTL qu'il y voyait une mesure transitoire. "Entre nationalisations quand c'est nécessaire et collectivisme à tout va, il y a une marge", a-t-il dit.

"Il faut qu'il y ait une logique industrielle. Sur la sidérurgie, il y a une logique industrielle. Est-ce que la France peut se permettre demain de ne plus avoir de filière sidérurgique? Est-ce que la France peut se permettre de ne plus avoir de chantiers navals?", s'est-il demandé.

"La nationalisation, ce n'est pas un gros mot. De Gaulle a nationalisé, ce n'était pas un collectiviste", a-t-il ajouté. Les syndicats soulignent que l'arme des nationalisations a été utilisée récemment aux Etats-Unis et au Royaume-Uni dans des secteurs comme l'automobile et la banque.

L'inquiétude plane sur les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), qui manquent de commandes. Jean-Claude Mailly a dit penser, à propos de cette entreprise, à une "prise de participation" de l'Etat.

Thierry Lévêque, édité par Danielle Rouquié

 
<p>Le secr&eacute;taire g&eacute;n&eacute;ral du syndicat Force ouvri&egrave;re, Jean-Claude Mailly, s'est dit favorable jeudi sur RTL &agrave; la nationalisation de certaines entreprises, notamment dans la sid&eacute;rurgie et les chantiers navals, afin de pr&eacute;venir des fermetures. /Photo prise le 10 juillet 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>