Taubira défend l'appui de Hollande à Trierweiler en justice

mardi 11 décembre 2012 16h31
 

PARIS (Reuters) - François Hollande était tout à fait fondé en tant que personne privée à produire une lettre pour appuyer les poursuites en diffamation engagées par sa compagne contre un livre de deux journalistes, a déclaré mardi la ministre de la Justice.

L'opposition a exprimé sa stupéfaction devant les lettres du chef de l'Etat et du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, versées au dossier du procès intenté par Valérie Trierweiler aux auteurs d'une biographie sur elle.

Pour l'ex-président UMP de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, cette démarche signe un "reniement particulièrement grave" de François Hollande qui avait promis de ne pas intervenir dans les affaires judiciaires.

"M. François Hollande est mis en cause dans un ouvrage qui fait l'objet d'une procédure judiciaire", a répondu Christiane Taubira lors des questions d'actualité à l'Assemblée.

"M. François Hollande, personne privée, est tout à fait fondé à communiquer à la justice sa version que le juge prendra en compte ou non et que les parties interprèteront à leur façon", a-t-elle ajouté.

Valérie Trierweiler demande 80.000 euros de dommages et intérêts pour "diffamation et atteinte à la vie privée" aux auteurs de "La frondeuse", Alix Bouilhaguet et Christophe Jakubyszyn.

Un passage du livre relate que l'actuel chef de l'Etat aurait écrit à Patrick Devedjian, personnalité de la droite, en 1994, pour rencontrer le Premier ministre d'alors, Edouard Balladur.

A l'audience, les avocats de l'éditeur ont soulevé des arguments de procédure, estimant que Valérie Trierweiler n'avait pas visé de passage spécifique dans sa poursuite.

Le tribunal a décidé de statuer sur cet argument et d'autres le 28 janvier, sans examiner le fond.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser

 
<p>La ministre de la Justice Christiane Taubira estime que Fran&ccedil;ois Hollande &eacute;tait tout &agrave; fait fond&eacute; en tant que personne priv&eacute;e &agrave; produire une lettre pour appuyer les poursuites en diffamation engag&eacute;es par sa compagne contre un livre de deux journalistes. /Photo prise le 7 novembre 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>