La pression monte sur Copé, Fillon prêt à s'effacer

mardi 11 décembre 2012 17h47
 

PARIS (Reuters) - François Fillon a avancé un pion mardi dans la partie d'échecs qui l'oppose depuis plus de trois semaines à Jean-François Copé en prônant un nouveau vote pour la présidence de l'UMP avant l'été 2013 ouvert à de nouvelles candidatures.

L'ancien Premier ministre, qui conteste la victoire du député-maire de Meaux, est allé plus loin en déclarant qu'il pourrait ne pas concourir dans ce futur scrutin.

Le député de Paris devait rencontrer son rival ce mardi à 19h00 (18h00 GMT) à l'Assemblée nationale pour un cinquième tête-à-tête destiné à trouver une solution à la crise qui secoue le parti d'opposition depuis le 18 novembre.

On ignore si ces conciliabules, qui commencent à agacer dans les rangs de l'UMP, ont pu faire bouger les lignes, mais les positions exposées publiquement par les deux protagonistes après une brève abstinence médiatique ne présagent pas d'une issue prochaine.

"Je le dis aujourd'hui: ça suffit! Nous devons organiser de nouvelles élections dans un délai raisonnable, c'est-à-dire au printemps prochain, avant la période de préparation du parti à la succession d'élections dès 2014", a déclaré François Fillon sur Europe 1.

"RÉOXYGÉNISATION"

"S'il s'agit de revoter avant l'été avec une réforme des statuts en ouvrant complètement le jeu à des nouvelles candidatures pour assurer une sorte de réoxygénation de notre parti politique, j'y suis favorable", a-t-il expliqué.

"La seule chose que je ne peux pas accepter, c'est que cette élection soit repoussée après les élections municipales", a-t-il souligné.

Or c'est précisément ce que propose Jean-François Copé : un vote avancé en 2014, après les municipales, alors que son mandat court théoriquement jusqu'en 2015. Le président proclamé de l'UMP ne cesse de présenter son offre comme "un geste d'ouverture".   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Fillon, engag&eacute; depuis trois semaines dans un bras de fer avec Jean-Fran&ccedil;ois Cop&eacute; pour la pr&eacute;sidence de l'UMP, s'est dit favorable mardi &agrave; l'organisation d'un nouveau vote ouvert &agrave; de nouvelles candidatures. /Photo prise le 4 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>