L'accord financier entre Strauss-Kahn et Diallo reste secret

lundi 10 décembre 2012 23h25
 

par Joseph Ax

NEW YORK (Reuters) - Un accord à l'amiable d'un montant non divulgué a été annoncé lundi entre Dominique Strauss-Kahn et la femme de chambre guinéenne du Sofitel de Manhattan, mettant un terme aux poursuites pour agression sexuelle qui ont coûté son poste à l'ancien directeur général du FMI et mis un coup d'arrêt à sa carrière politique.

Lors d'une brève audience, le juge Douglas McKeon, de la Cour suprême de l'Etat de New York, a précisé que les détails de l'accord, y compris le montant de l'indemnisation que l'ancien patron du Fonds monétaire international pourrait verser à Nafissatou Diallo, ne seraient pas rendus publics.

Dominique Strauss-Kahn, qui n'était pas tenu d'être présent lundi, était resté à Paris et était représenté par ses avocats. Nafissatou Diallo, en pantalon noir et foulard sur la tête, était en revanche présente comme le juge l'avait ordonné.

"Je remercie tout le monde et je remercie Dieu", a déclaré la jeune femme de 33 ans dans une brève déclaration devant le tribunal à l'issue de l'audience.

"Mademoiselle Diallo est une femme forte et courageuse qui n'a jamais perdu la foi dans notre système judiciaire. Avec cette décision, elle peut maintenant continuer sa vie. Nous remercions chacun pour son soutien et ses prières", a déclaré son avocat Kenneth Thompson.

Les avocats new-yorkais de "DSK", William Taylor et Amit Mehta, ont déclaré dans un communiqué envoyé par courriel : "Au nom de M. Strauss-Kahn, nous sommes heureux d'être parvenus à la résolution de cette affaire. Nous sommes reconnaissants envers le juge McKeon dont la patience et la tolérance ont permis la mise au point de cet accord."

La procédure au pénal ayant été abandonnée l'an dernier en raison de contradictions dans les dépositions de la jeune Guinéenne, l'accord conclu lundi soir met fin à un feuilleton judiciaire entamé en mai 2011.

"FAUTE MORALE"   Suite...

 
<p>Dominique Strauss-Kahn et la femme de chambre guin&eacute;enne qui l'a accus&eacute; d'agression sexuelle en mai 2011, ici avec son avocat Ken Thompson, ont conclu lundi un accord qui met un point final au proc&egrave;s au civil intent&eacute; &agrave; New York. Les deux parties ont conclu un accord dont les d&eacute;tails, y compris le montant des dommages, ne seront pas rendus publics. /Photo prise le 10 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/Shannon Stapleton</p>