Le PS tente de minimiser sa défaite aux législatives partielles

lundi 10 décembre 2012 13h36
 

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français s'est efforcé lundi de minimiser les mauvais résultats des candidats de gauche dans trois élections législatives partielles de la veille mais des ministres ont néanmoins jugé nécessaire d'en tirer toutes les leçons.

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, a reconnu qu'il s'agissait d'un "mauvais résultat" et son collègue de l'Education nationale, Vincent Peillon, a jugé que le gouvernement devait envoyer des "signaux positifs".

La bataille pour la présidence de l'UMP, qui déchire le principal parti de la droite française depuis plus de trois semaines, n'a pas empêché ses candidats d'arriver largement en tête dans la 13e circonscription des Hauts-de-Seine et à Béziers (Hérault). Dans la 1ère circonscription du Val-de-Marne, où l'élu centriste sortant est arrivé en tête, le socialiste Akli Mellouli est éliminé.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a estimé que le scrutin était surtout une "victoire de l'absention, qui profite à la droite" et qui doit constituer "une alerte sur la dispersion à gauche", non négligeable au premier tour.

"Nous appelons donc pour le second tour à se mobiliser et à se rassembler le plus fortement possible et à faire en sorte que dans les deux circonscriptions où des candidats socialistes restent en lice, la mobilisation soit plus importante", a-t-il dit lors d'un point de presse.

Les candidats de gauche ont pâti de la chute de la cote de popularité du président François Hollande et de son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, six mois après la présidentielle qui a permis au PS de revenir au pouvoir dix ans après la défaite de Lionel Jospin en 2002.

Ils ont sans doute aussi payé la gestion erratique du dossier très médiatique de l'aciérie ArcelorMittal de Florange et la montée constante du chômage.

COPÉ ET FILLON SE RÉJOUISSENT   Suite...

 
<p>Le gouvernement s'est efforc&eacute; lundi de minimiser les mauvais r&eacute;sultats des candidats de gauche dans trois &eacute;lections l&eacute;gislatives partielles de la veille mais des ministres ont n&eacute;anmoins jug&eacute; n&eacute;cessaire d'en tirer toutes les le&ccedil;ons. /Photo d'archives/REUTERS/St&eacute;phane Mah&eacute;</p>