Fabius assure que la France agit pour les otages au Sahel

dimanche 9 décembre 2012 19h10
 

PARIS (Reuters) - La France agit pour la libération des otages au Sahel mais se doit d'être discrète, a déclaré dimanche Laurent Fabius, qui s'est refusé à commenter l'appel de la famille de Pierre Legrand, enlevé au Niger, aux ravisseurs d'Aqmi.

Clément Legrand a adressé une vidéo au site internet Sahara Médias dans laquelle il interpelle Al Qaïda au Maghreb islamique. Son frère a été enlevé au Niger le 16 septembre 2010 avec trois de ses collègues de Sogea Satom, une filiale de Vinci.

"Nous ne comprenons pas pourquoi tout est bloqué", déclare notamment Clément Legrand dans la vidéo diffusée samedi.

"Nous tenons à vous dire que nous, les familles, faisons tout notre possible auprès du gouvernement, des entreprises mais aussi des Français pour que soit déclenchée une réelle négociation", ajoute-t-il.

Alain Legrand, leur père, explique à Ouest France que la famille, qui réside en Loire-Atlantique, a décidé ainsi "d'entrer en contact avec Aqmi à l'approche d'un troisième Noël sans nos proches, une situation insupportable".

"Nous posons aussi la question de l'avancée des négociations", ajoute-t-il.

Les familles des autres otages ont désapprouvé pour certaines cette démarche.

Le ministre des Affaires étrangères, comme son collègue de l'Intérieur Manuel Valls, ont refusé de commenter l'initiative de la famille Legrand mais ont fait état de la réprobation des autres familles. Ils disent tous deux comprendre l'angoisse et la douleur de proches de otages.

"DISCRETS"   Suite...

 
<p>La France agit pour la lib&eacute;ration des otages au Sahel mais se doit d'&ecirc;tre discr&egrave;te, a d&eacute;clar&eacute; dimanche Laurent Fabius, qui s'est refus&eacute; &agrave; commenter l'appel de la famille de Pierre Legrand, enlev&eacute; au Niger, aux ravisseurs d'Aqmi. /Photo prise le 9 octobre 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>