Des milliers de manifestants contre le mariage homosexuel

samedi 8 décembre 2012 17h37
 

PARIS (Reuters) - Plusieurs milliers de personnes ont défilé samedi dans les rues de six villes de France contre le mariage homosexuel pour une journée en forme de "tour de chauffe" avant la grande manifestation prévue le 13 janvier à Paris.

Les manifestants répondaient à l'appel du collectif "Manifs pour tous" animé par l'humoriste catholique Frigide Barjot, qui réclame que le droit civil "préserve pour tous, les enfants d'abord, la réalité et l'égalité d'être né de et de grandir dans l'amour d'un homme et d'une femme, père et mère".

Ils s'étaient donné rendez-vous à Lille, Bordeaux, Le Mans, Nancy et Reims. Les organisateurs ont prévu de compléter ce tour de France par une manifestation dimanche à Saint-Denis de La Réunion pour démontrer que les départements d'Outre-mer sont aussi mobilisés contre le projet de loi du gouvernement.

A Bordeaux, ils étaient environ 8.000, selon la police, 10.000, selon les organisateurs, à défiler derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire "tous nés d'un homme et d'une femme".

La marche était placée sous haute mais discrète surveillance policière en raison de la présence, dans un autre quartier, de quelque 3.000 défenseurs du "mariage pour tous", qui se sont rassemblés en fin de matinée sur le Parvis des Droits de l'Homme, devant les entrées de l'Ecole nationale de la magistrature et du Tribunal de grande instance.

Les deux manifestations ne sont pas croisées.

Plusieurs milliers de manifestants anti-mariage homosexuel ont défilé de même dans le centre de Lille, en présence de responsables locaux de l'UMP dont le député et ancien ministre Marc-Philippe Daubresse.

Quelques dizaines de militants gays leur ont fait face au départ de la manifestation en scandant "on veut des droits, pas ton avis".

"Je veux avoir le même droit que les autres, c'est tout !", a déclaré Jocelyne, 23 ans. "En quoi mon orientation sexuelle doit me condamner à être inférieure aux autres ? Je ne veux pas adopter, je veux le même droit que les autres, rien de plus!".   Suite...