Enquête après la plainte de Jérôme Cahuzac visant Mediapart

vendredi 7 décembre 2012 20h37
 

PARIS (Reuters) - Une enquête a été ouverte vendredi après le dépôt d'une plainte en diffamation par le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, contre le site d'information Mediapart, a-t-on appris de source judiciaire.

Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance aux personnes.

Jérôme Cahuzac a déclaré jeudi attendre avec la plus grande sérénité la confrontation judiciaire avec Mediapart, qui écrit qu'il a détenu un compte en Suisse non déclaré pendant des années, ce qu'il dément catégoriquement.

Malgré la diffusion par le site d'information d'un enregistrement dans lequel un homme, présenté comme étant le ministre, évoque en 2000 un compte suisse qu'il aurait à la banque UBS, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, lui a une nouvelle fois renouvelé sa confiance.

La plupart des poids-lourds du gouvernement, mais également des personnalités de droite, ont apporté un soutien au ministre, qui est l'une des pièces maîtresses du gouvernement socialiste.

Selon Mediapart, Jérôme Cahuzac a lui-même fermé son compte suisse en se rendant à Genève en 2010, juste avant de prendre la présidence de la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

Selon le quotidien Sud Ouest, l'original de l'enregistrement d'une conversation attribuée au ministre a été confié par son auteur, une personnalité du Lot-et-Garonne qui souhaite conserver l'anonymat, à un notaire.

De son côté, l'ancien agent des impôts Rémy Garnier, auteur d'un rapport sur lequel s'appuie Mediapart, "n'exclut pas à 100% l'hypothèse de l'innocence" de Jérôme Cahuzac.

Il précise dans Le Parisien de vendredi que son enquête n'a jamais pu "ni confirmer ni infirmer" la réalité de ce compte bancaire helvète.   Suite...

 
<p>Une enqu&ecirc;te a &eacute;t&eacute; ouverte vendredi apr&egrave;s le d&eacute;p&ocirc;t d'une plainte en diffamation par le ministre du Budget, J&eacute;r&ocirc;me Cahuzac, contre Mediapart. Le site d'information &eacute;crit qu'il a d&eacute;tenu un compte en Suisse non d&eacute;clar&eacute; pendant des ann&eacute;es, ce que le ministre d&eacute;ment cat&eacute;goriquement. /Photo prise le 5 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>