Marine Le Pen privée d'une deuxième chance à l'Assemblée

vendredi 7 décembre 2012 13h27
 

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Le Conseil constitutionnel a confirmé vendredi l'élection dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais du socialiste Philippe Kemel, privant Marine Le Pen d'une deuxième chance dans son fief électoral de Hénin-Beaumont et de sa région.

Les "Sages" ont également rejeté les recours dirigés contre les opérations électorales des législatives des 10 et 17 juin 2012 dans six autres circonscriptions.

La présidente du Front national avait estimé par avance qu'un rejet du recours déposé par son lieutenant Steeve Briois serait une "décision politique" du Conseil soucieux de ne pas laisser d'espace à son parti dans une période agitée.

"C'est une décision politique . Le militant UMP qui préside le Conseil constitutionnel devrait démissionner pour redonner de la crédibilité" à l'institution", a-t-elle répété vendredi aux journalistes, visant Jean-Louis Debré.

"En prenant parti de manière évidente pour le candidat socialiste quitte à nier l'évidence, celui qui est pourtant le fils de l'un des pères de la Ve République prend le risque de transformer la juridiction suprême de notre pays en succursale des arrangements de l'UMP et du PS", a renchéri Steeve Briois, suppléant de Marine Le Pen.

En revanche, la gauche a salué, à l'instar de Bruno Le Roux, une "victoire du droit".

"Elle fait litière des fausses accusations de Mme Le Pen qui passe son temps à salir ses adversaires pour faire oublier son rejet par une majorité de Français", écrit le président du groupe PS de l'Assemblée dans un communiqué.

Sur i>TELE, Philippe Kemel a estimé que le FN avait monté de toutes pièces un dossier de fausses signatures lors du scrutin de juin. Le Conseil constitutionnel "n'a pas été abusé et a su voir où était la vérité", a-t-il dit.   Suite...

 
<p>Le Conseil constitutionnel a confirm&eacute; vendredi l'&eacute;lection dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais du socialiste Philippe Kemel, privant Marine Le Pen d'une deuxi&egrave;me chance dans son fief &eacute;lectoral de H&eacute;nin-Beaumont et de sa r&eacute;gion. /Photo prise le 19 juin 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>