Trois législatives partielles sur fond de crise à l'UMP

jeudi 6 décembre 2012 17h31
 

PARIS (Reuters) - Le Parti socialiste et le Front national comptent tirer profit de la guerre des chefs qui déchire l'opposition de droite lors des trois législatives partielles dont le premier tour se déroule dimanche dans l'Hérault et la région parisienne.

Le PS, qui espère la réélection de sa candidate à Béziers et compte ravir au moins un siège à l'UMP, mise sur une démobilisation de l'électorat de droite pour compenser la baisse de popularité de l'exécutif.

Le Front national, que les Français voient, à en croire un sondage, comme le principal bénéficiaire de l'affrontement entre François Fillon et Jean-François Copé à l'UMP, rêve pour sa part de grappiller un troisième siège de député dans l'Hérault.

Mais dans cette sixième circonscription, englobant Béziers, la PS Dolorès Roqué, qui affronte à nouveau l'UMP Elie Aboud, qu'elle avait battu de justesse en juin dans une triangulaire, compte bien rééditer sa performance.

La direction du PS ne lui a pas ménagé son soutien, avec un déplacement jeudi du Premier secrétaire Harlem Désir et, ces derniers jours, de plusieurs ministres.

Elie Aboud, pour qui le chemin semblait dégagé avant le bras de fer à l'UMP, reconnaît que les querelles parasitent sa campagne, mais veut croire à un sursaut de solidarité.

"Après avoir perdu pour 10 voix dans une triangulaire cruelle, aujourd'hui on refait le match, même si c'est parasité par les débats d'ego", explique ce proche de Jean-François Copé.

"Je sens un sursaut de solidarité autour de moi (...), dimanche il y aura un revers pour la majorité socialiste, certes tempéré par la cacophonie au sein de l'appareil (de l'UMP)."

"LES LIGNES ONT BOUGE"   Suite...

 
<p>Le Parti socialiste et le Front national comptent tirer profit de la guerre des chefs qui d&eacute;chire l'opposition de droite lors des trois l&eacute;gislatives partielles dont le premier tour se d&eacute;roule dimanche dans l'H&eacute;rault et la r&eacute;gion parisienne. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler</p>