L'insalubrité de la prison de Marseille épinglée

jeudi 6 décembre 2012 21h11
 

PARIS (Reuters) - L'insalubrité "consubstantielle" au centre pénitentiaire des Baumettes, à Marseille, constitue une "violation grave" des droits fondamentaux des prisonniers, selon un rapport du contrôleur général des lieux de privation de liberté.

Une vingtaine de contrôleurs ont visité ce centre du 8 au 19 octobre dernier, constatant que malgré les avertissements successifs de divers organismes depuis vingt ans, aucune amélioration n'y a été apportée.

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a répondu que le gouvernement, qui a hérité d'un parc pénitentiaire "en mauvais état", avait décidé "de procéder à un vaste programme de rénovation pour plus de 800 millions d'euros".

Ce programme "va concerner justement les trois grands établissements que sont les Baumettes à Marseille, Fleury Mérogis et la prison de la Santé à Paris", a-t-elle dit. "Cela concerne une priorité et une urgence".

Dans la rapport publié jeudi au journal officiel, on peut lire que sur un échantillon de 98 cellules, les contrôleurs n'en ont compté que 9 "n'appelant aucune observation sérieuse".

"L'insalubrité et l'absence d'hygiène sont consubstantielles à la plus grande partie de l'établissement", ajoute le rapport. "Ce ne sont pas seulement de défauts de conception ou de construction dont souffrent Les Baumettes. Mais aussi de défaut d'entretien."

Entre autres problèmes, ils citent le traitement des déchets, avec des monte-charge fréquemment en panne, des salles de douches "crasseuses", et des rats qui pullulent.

Une série de photos rendues publiques par le contrôleur des prisons montre des fils électriques à nu, de l'eau de pluie qui perle dans les cellules, des rongeurs morts, ou encore des déchets amoncelés le long de la cour de promenade.

Autant de conditions qui viennent s'ajouter à la surpopulation de cette prison, construite en 1936, où le taux d'occupation était de 145,80% au 1er octobre, avec 1.769 prisonniers pour 1.190 places, souligne le rapport.   Suite...

 
<p>L'insalubrit&eacute; "consubstantielle" au centre p&eacute;nitentiaire des Baumettes, &agrave; Marseille, constitue une "violation grave" des droits fondamentaux des prisonniers, selon un rapport du contr&ocirc;leur g&eacute;n&eacute;ral des lieux de privation de libert&eacute;. /Photo d'archives/REUTERS</p>