L'arme chimique, prétexte pour l'Occident selon Damas

jeudi 6 décembre 2012 19h49
 

par Erika Solomon

BEYROUTH (Reuters) - La Syrie redoute que les puissances occidentales n'utilisent l'argument d'une possible utilisation d'armes chimiques par le gouvernement au pouvoir pour justifier une intervention militaire, malgré les démentis de Damas.

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Faiçal Makdad, a qualifié jeudi de "cinéma" les différents rapports américains et européens avertissant d'une possible utilisation d'armes chimiques par Damas, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision libanaise Al Manar.

L'opposition syrienne et des responsables des services de renseignements occidentaux ont exprimé ces derniers jours leurs craintes sur le fait que le gouvernement du président Bachar al Assad ne puisse avoir recours aux armes chimiques à la suite des avancées récentes des rebelles, notamment autour de Damas.

Israël et les pays de l'Otan considèrent que Damas dispose de différents stocks d'agents chimiques de guerre répartis sur quatre sites.

Washington a mis en garde à plusieurs reprises le président syrien contre une utilisation de ces armes, la qualifiant de "ligne rouge" pour les Etats-Unis.

Jeudi à Washington, le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, a réitéré les craintes américaines basées sur des informations émanant de services de renseignements. Il ne s'est pas étendu sur la nature de ces renseignements.

"Je pense qu'assurément nous demeurons très préoccupés, très préoccupés par les allégations de l'opposition - à savoir que le régime pourrait très bien projeter d'utiliser des armes chimiques. Les informations confidentielles dont nous disposons soulèvent de graves préoccupations sur ce qui est envisagé", a dit le patron du Pentagone à des journalistes.

De son côté, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, lui a écrit pour l'exhorter à ne pas faire usage d'armes chimiques, a annoncé l'Onu jeudi.   Suite...

 
<p>LES SITES D&rsquo;ARMES CHIMIQUES SYRIENS</p>