Pro et anti-Morsi en viennent aux mains au Caire

mercredi 5 décembre 2012 23h19
 

par Yasmine Saleh et Marwa Awad

LE CAIRE (Reuters) - Des échauffourées ont éclaté mercredi entre adversaires et partisans du président égyptien Mohamed Morsi aux abords du palais présidentiel d'Héliopolis, au Caire, tandis que plusieurs responsables gouvernementaux appelaient au calme et au consensus.

Le président égyptien, issu des Frères musulmans, avait regagné plus tôt dans la journée son palais, assiégé depuis la veille par quelque 10.000 opposants à son décret du 22 novembre qui lui accorde des pouvoirs étendus et le met à l'abri de poursuites judiciaires.

Le retour de Mohamed Morsi a été accompagné d'une offensive de militants islamistes désireux de chasser les opposants des environs du palais, et les deux camps se sont affrontés à coups de pierres et de cocktails Molotov.

Des partisans du chef de l'Etat ont déchiré des tentes dressées par leurs adversaires qui avaient entamé la veille un sit-in pour dénoncer le référendum prévu le 15 décembre sur le projet de constitution.

Des dizaines d'opposants se sont enfuis des alentours du palais présidentiel à l'arrivée de centaines d'islamistes qui criaient "Allah est le plus grand", "Le peuple soutient la décision du chef de l'Etat".

"Nous sommes ici pour soutenir notre président et ses décisions, pour sauver notre pays des traîtres et des agents", a expliqué Mohamed Mohy, un militant pro-Morsi qui filmait la scène.

Le ministère de l'Intérieur a fait état de 32 arrestations et de la destruction de trois véhicules de police.

Deux partisans de Mohamed Morsi ont été blessés par balles aux jambes au cours d'affrontements près de leur quartier général dans le nord de la capitale et, dans le camp opposé, des opposants classés à gauche ont accusé des islamistes d'avoir coupé l'oreille d'un des leurs.   Suite...

 
<p>Des &eacute;chauffour&eacute;es ont &eacute;clat&eacute; mercredi entre adversaires et partisans de Mohamed Morsi aux abords du palais pr&eacute;sidentiel de H&eacute;liopolis, au Caire. /Photo prise le 5 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/Mohamed Abd El Ghany</p>