Enquête classée sur les accusations de pédophilie de Luc Ferry

mercredi 5 décembre 2012 11h23
 

PARIS (Reuters) - L'enquête ouverte en 2011 après les accusations d'actes de pédophilie lancées par Luc Ferry contre un ancien ministre a été classée sans suite, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Le philosophe avait affirmé, sans citer de nom, qu'un "ancien ministre" s'était fait prendre à Marrakech, au Maroc, "dans une partouze avec des petits garçons".

Lui-même ancien ministre de droite, Luc Ferry, avait assuré tenir cette information des "plus hautes autorités de l'Etat" et notamment d'un Premier ministre.

Se sentant visé, l'ancien ministre socialiste de la Culture Jack Lang s'était dit prêt à attaquer pénalement tous ceux qui mettraient son "honneur en cause", ajoutant : "Cette affaire est tristement banale. La vulgarité est de notre monde".

Une enquête préliminaire avait été ouverte quelques jours plus tard par le parquet de Paris. Entendu comme témoin, Luc Ferry avait cité à l'appui de ses propos le directeur des renseignements généraux à l'époque des faits supposés.

Ce dernier avait toutefois démenti être la source de l'ancien ministre, même s'il avait évoqué l'affaire dans un carnet où il avait l'habitude de collecter les rumeurs circulant dans le monde politique.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

 
<p>L'enqu&ecirc;te ouverte en 2011 apr&egrave;s les accusations d'actes de p&eacute;dophilie lanc&eacute;es par Luc Ferry contre un ancien ministre a &eacute;t&eacute; class&eacute;e sans suite. Le philosophe avait affirm&eacute;, sans citer de nom, qu'un "ancien ministre" s'&eacute;tait fait prendre &agrave; Marrakech, au Maroc, "dans une partouze avec des petits gar&ccedil;ons". /Photo d'archives/REUTERS/St&eacute;phane Mah&eacute;</p>