Meurtre de l'employé d'une fonderie d'or

mercredi 5 décembre 2012 15h21
 

PARIS (Reuters) - Un employé a été tué mardi lors d'une tentative de hold-up dans une fonderie d'or du IIIe arrondissement de Paris, a-t-on appris de source policière.

Deux hommes casqués ont surpris vers 07h00 dans la cour de l'immeuble un salarié de 52 ans, employé depuis trente ans dans la même société, qui venait prendre son travail.

Les agresseurs, qui n'ont pas réussi à se faire ouvrir la porte, ont tiré sur l'homme qui résistait. Blessé, ce dernier a fait plusieurs arrêts cardiaques pendant son transport à l'hôpital où il a succombé.

"Il leur a crié 'Mais bande d'idiots, je ne peux pas ouvrir, je n'ai pas la clé'", a raconté au Figaro.fr une habitante ayant assisté à la scène de son appartement.

"Ils étaient casqués mais avaient l'air jeune. Au bout d'un moment, j'ai entendu un coup de feu, je suis descendue et j'ai vu ce monsieur allongé sur le ventre et gémissant. Son courage lui a coûté la vie", a-t-elle ajouté.

Malgré l'arrivée de deux autres employés, les malfaiteurs ont réussi à s'enfuir, mais sans butin. Le coffre de la fonderie a été retrouvé fermé.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui s'est rendu sur les lieux, a jugé "insupportable" qu'un "employé modèle" puisse mourir simplement en se rendant à son travail.

Il a estimé qu'il y avait un problème de réglementation de l'or, "de tous ces ateliers clandestins, bien entendu pas celui-ci, (...) qui recyclent l'or, qui est souvent le produit de vols ou d'arrachages de colliers".

Manuel Valls a précisé qu'il rencontrerait, avec la ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel, l'ensemble de la profession pour déterminer "quelles sont les mesures qui permettent de mieux réglementer ce marché".

Nicolas Bertin, édité par Gérard Bon

 
<p>UN HOMME TU&Eacute; PAR DES MALFAITEURS DANS UN ATELIER DE M&Eacute;TAUX PR&Eacute;CIEUX &Agrave; PARIS</p>