Face à l'UMP, Marine Le Pen met son rassemblement sur orbite

mardi 4 décembre 2012 17h57
 

par Gérard Bon

PARIS (Reuters) - Marine Le Pen a relancé mardi à la faveur de la crise de l'UMP le Rassemblement bleu marine (RBM), destiné à attirer des "patriotes" de droite comme de gauche effarouchés par le Front national, mais pas par sa dirigeante.

Fait nouveau, les sympathisants pourront adhérer directement à cette structure, née lors de la candidature lepéniste à la présidentielle, à condition de souscrire à une charte reprenant, pour l'essentiel, son programme présidentiel.

Lors d'une conférence de presse dans un bureau de l'Assemblée nationale, Marine Le Pen a souligné que le RBM ne serait pas seulement un lieu de débats et de rassemblement, mais une plate-forme électorale.

"Il est un rassemblement d'action, il n'est pas un think tank. Il est là pour participer à la machine d'accession au pouvoir", a-t-elle assuré.

Le Conseil constitutionnel doit examiner vendredi le recours en annulation de Marine Le Pen contre l'élection du député socialiste Philippe Kemel à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), qui l'avait battue de 118 voix en juin dernier.

Priée de dire si elle était venue faire un repérage à l'Assemblée dans la perspective d'un nouveau scrutin, Marine Le Pen a répondu : "Non, le repérage, je l'ai fait la semaine dernière dans le bureau de François Hollande".

Une façon de signifier qu'elle visait toujours l'Elysée, après avoir obtenu 17,90% des suffrages à l'élection présidentielle d'avril dernier.

La présidente du FN se trouvait en compagnie de Gilbert Collard, l'un des deux députés élus en juin dernier sous sa bannière, mais avec l'étiquette RBM et non FN.   Suite...

 
<p>Marine Le Pen a relanc&eacute; mardi &agrave; la faveur de la crise de l'UMP le Rassemblement bleu marine (RBM), destin&eacute; &agrave; attirer des "patriotes" de droite comme de gauche effarouch&eacute;s par le Front national, mais pas par sa dirigeante. /Photo prise le 23 septembre 2012/REUTERS/St&eacute;phane Mah&eacute;</p>