Le procès de l'Arche de Zoé s'ouvre sans son président

lundi 3 décembre 2012 17h47
 

PARIS (Reuters) - L'ancien président de l'organisation caritative Arche de Zoé ne s'est pas présenté lundi à l'ouverture du procès à Paris de cette affaire de tentative d'enlèvement d'enfants au Tchad il y a cinq ans.

Eric Breteau et ex-son bras droit, sa compagne Emilie Lelouch, se trouvent en Afrique du Sud et avaient fait savoir par fax au parquet qu'ils n'entendaient ni assister à leur procès ni se faire représenter par des avocats, a dit le représentant du ministère public.

Malgré les demandes des parties civiles souhaitant des mesures coercitives pour les faire venir, le tribunal a décidé de les juger en leur absence, considérant qu'ils avaient assumé eux-mêmes cet état de fait. La présidente du tribunal a estimé à l'audience qu'ils faisaient preuve d'une "grande lâcheté".

Ils encourent jusqu'à dix ans de prison et 750.000 euros d'amende pour "escroquerie, exercice illégal de la profession d'intermédiaire en vue de l'adoption et aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers". Un mandat d'arrêt pourra être délivré contre eux.

Six audiences sont prévues jusqu'à la mi-décembre, après quoi le jugement sera mis en délibéré.

Arrêtés le 27 octobre 2007 dans l'est du Tchad alors qu'ils s'apprêtaient à emmener en France 103 enfants, six membres de l'Arche de Zoé, dont Eric Breteau et Emilie Lelouch, avaient été condamnés deux mois plus tard à huit ans de travaux forcés par la cour criminelle de N'Djamena pour tentative d'enlèvement.

Ils avaient été transférés en France, où leur peine fut convertie en janvier 2008 en huit ans de prison, avant d'être libérés en avril 2008 à la suite d'une grâce du président tchadien.

La procédure française vise les démarches engagées par l'ONG avant le départ au Tchad. L'association a obtenu des sommes de plusieurs milliers d'euros auprès de dizaines de personnes auxquelles étaient promises l'arrivée, sinon l'adoption, d'un orphelin originaire de la province soudanaise du Darfour, limitrophe du Tchad.

DISSIMULATION ET MAQUILLAGE   Suite...