Israël retient des fonds destinés à l'Autorité palestinienne

dimanche 2 décembre 2012 13h42
 

JERUSALEM (Reuters) - Israël a annoncé dimanche qu'elle conserverait les fonds qu'elle devait transmettre ce mois-ci à l'Autorité palestinienne, trois jours après la reconnaissance implicite d'un Etat palestinien souverain à l'Onu.

Dans le cadre de conventions de paix provisoires conclues entre Israël et les Palestiniens, l'Etat juif collecte une centaine de millions de dollars par mois (près de 80 millions d'euros) de taxes et droits pour le compte de l'Autorité palestinienne et qu'elle lui rétrocède ensuite.

Mais Israël affirme désormais qu'avec le vote de jeudi à l'Onu par lequel l'Autorité palestinienne a demandé de façon unilatérale le statut d'Etat observateur non membre, les conventions de transfert ont été violées.

En outre, dit-on de source autorisée en Israël, l'Autorité palestinienne doit 200 millions de dollars à la compagnie israélienne d'électricité, somme qui sera déduite des transferts prévus.

L'Autorité palestinienne, qui exerce une souveraineté très limitée sur la Cisjordanie toujours occupée par Israël, dépend en grande partie de l'argent des taxes collectées pour payer ses fonctionnaires.

Israël est coupable de "vol et de piratage" en refusant de rétrocéder les fonds, a déclaré le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Yasser Abed Rabbo.

Israël a déjà eu recours au gel des versements lors de périodes de tensions diplomatiques accrues et suscité alors la réprobation de la communauté internationale. Cela a été le cas quand l'Unesco a accordé le statut de membre à part entière à l'Autorité palestinienne il y a un an.

"Je n'ai pas l'intention ce mois-ci de transférer les fonds aux Palestiniens. Dans la période qui vient, j'ai l'intention d'utiliser l'argent en déduction des dettes de l'Autorité palestinienne envers la Compagnie israélienne d'électricité et d'autres entités", a déclaré le ministre des Finances, Yuval Steinitz à la radio israélienne.

Quelques heures après le vote de l'Assemblée générale des Nations unies jeudi, Israël a annoncé l'autorisation de 3.000 nouvelles habitations de colons juifs en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Cette décision a été critiquée par les Etats-Unis, puis par la France et le Royaume-Uni.

Danielle Rouquié pour le service français, édité par Pierre Sérisier

 
<p>Le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Isra&euml;l a annonc&eacute; dimanche qu'elle conserverait les fonds qu'elle devait transmettre ce mois-ci &agrave; l'Autorit&eacute; palestinienne, trois jours apr&egrave;s la reconnaissance implicite d'un Etat palestinien souverain &agrave; l'Onu. /Photo prise le 2 d&eacute;cembre 2012/REUTERS/Lior Mizrahi/Pool</p>