Vers un apaisement à l'UMP ?

dimanche 2 décembre 2012 17h26
 

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - A deux jours d'une échéance décisive pour l'UMP, le camp de Jean-François Copé a adressé ce week-end à son rival François Fillon un signe d'apaisement par la voix de Luc Chatel, qui a évoqué un nouveau vote pour la présidence du parti.

L'ex-Premier ministre, qui conteste l'élection du secrétaire général sortant et exige un nouveau scrutin, a saisi dimanche la main tendue par l'actuel numéro deux du premier parti de la droite française et s'est dit prêt à en discuter.

Jean-François Copé, qui revendique une courte victoire lors du vote des militants le 18 novembre, et François Fillon, qui la juge entachée d'irrégularités, se déchirent depuis quinze jours, malgré la médiation de l'ancien président Nicolas Sarkozy.

L'ex-Premier ministre a annoncé la création d'un nouveau groupe parlementaire à l'Assemblée s'il n'a pas satisfaction.

Dans une interview au Journal du Dimanche, le principal lieutenant de Jean-François Copé s'est rallié à l'idée d'un nouveau vote pour trancher ce conflit, qui désespère élus et adhérents du premier parti de la droite française.

Luc Chatel estime qu'il n'y a "rien de plus important" que l'unité de l'UMP et qu'il faut "tout faire pour la préserver" en redonnant la parole aux militants. "Ça veut dire un nouveau vote dans des circonstances qui restent à décider, dans un délais qui reste à discuter", a-t-il précisé dimanche sur Radio J.

L'ancien ministre de l'Education propose que les équipes de Jean-François Copé et de François Fillon se retrouvent dès lundi matin en groupe de travail pour réfléchir à l'organisation d'un nouveau vote et à une révision préalable des statuts de l'UMP.

Sans révision des statuts, fait-il valoir, "les mêmes causes produiront les mêmes effets".   Suite...

 
<p>Luc Chatel, vice-pr&eacute;sident d&eacute;l&eacute;gu&eacute; de l'UMP et soutien de Jean-Fran&ccedil;ois Cop&eacute;, estime dans une interview au Journal du dimanche qu'"il faut redonner la parole aux militants". /Photo prise le 18 novembre 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>