Sarkozy fait pression sur Copé et Fillon à l'UMP

vendredi 30 novembre 2012 18h48
 

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a enjoint vendredi à Jean-François Copé et François Fillon de se mettre d'accord rapidement sur une solution pour mettre un terme à la crise à l'UMP.

L'ex-président, qui avait tenté mardi en vain de favoriser un terrain d'entente entre le président proclamé de l'UMP et l'ancien Premier ministre, qui conteste sa victoire, leur a téléphoné vendredi, a-t-on appris de sources UMP.

"Il les a appelés tous les deux pour leur demander de se mettre d'accord rapidement", sans fixer de date précise, a-t-on déclaré à Reuters.

Un sondage BVA diffusé vendredi montre que huit sympathisants UMP sur dix (81%) souhaitent une nouvelle élection pour départager les rivaux, mais ils sont perplexes sur l'épilogue : 51% estiment que les protagonistes ne trouveront pas d'accord, contre 47% qui sont d'un avis contraire.

De fait, la guerre de positions se poursuit.

Les canaux ne sont pas rompus entre les camps adverses, assurent les entourages, mais les duellistes agissent comme deux ennemis de l'intérieur, l'un à la tête de l'appareil, l'autre de son groupe parlementaire, le "Rassemblement-UMP", qui sera opérationnel la semaine prochaine à l'Assemblée nationale.

Jean-François Copé, qui affirme se consacrer exclusivement à son "job de premier opposant" et le prouve depuis mercredi au rythme de communiqués contre le pouvoir socialiste, effectuera son premier déplacement officiel dimanche à Nancy pour une réunion publique en présence de l'ancienne ministre Nadine Morano.

François Fillon clôturera le même jour chez son ami le député Jérôme Chartier les IXe Entretiens de Royaumont (Val-d'Oise), dont le thème est cette année "Réinventer le travail".

FILLON "DISPONIBLE"   Suite...

 
<p>Nicolas Sarkozy a enjoint vendredi &agrave; Jean-Fran&ccedil;ois Cop&eacute; et Fran&ccedil;ois Fillon de se mettre d'accord rapidement sur une solution pour mettre un terme &agrave; la crise &agrave; l'UMP. /Photo prise le 30 novembre 2012/REUTERS/Beno&icirc;t Tessier</p>