DSK cherche un accord à l'amiable avec Nafissatou Diallo

vendredi 30 novembre 2012 19h04
 

NEW YORK (Reuters) - Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui l'accuse d'agression sexuelle dans un hôtel de Manhattan, recherchent un accord à l'amiable pour clore les poursuites civiles engagées à New York, ont dit vendredi les avocats américains de l'ex-directeur général du FMI.

"Les deux parties ont engagé des discussions mais il n'y a pas d'accord", écrivent William Taylor et Almit Mehta dans un communiqué. "M. Strauss-Kahn continuera à défendre sa plainte (au civil) si aucun accord n'est trouvé".

Les deux avocats affirment en revanche que l'information du journal Le Monde selon laquelle l'ancien directeur général du Fonds monétaire international serait prêt à verser six millions de dollars à la femme de chambre est "totalement fausse".

A Paris, les avocats français de Dominique Strauss-Kahn, Frédérique Baulieu, Richard Malka et Henri Leclerc, ont également démenti "vigoureusement les informations fantaisistes et erronées dont le journal Le Monde fait état".

Selon le quotidien, Dominique Strauss-Kahn propose de verser six millions de dollars à Nafissatou Diallo. Pour ce faire, il contracterait un emprunt bancaire de trois millions de dollars. Son épouse Anne Sinclair, dont il est séparé depuis l'été dernier, apporterait les trois millions de dollars restants.

Un accord financier serait signé le 7 décembre dans le bureau du juge Douglas McKeon, dans le Bronx, ajoute le quotidien.

"La négociation dure depuis des semaines, des mois. Nafissatou Diallo a accepté d'aller en négociation, ce que ses avocats avaient toujours refusé", a dit à Reuters Michèle Sabban, militante socialiste et amie proche de l'ex-directeur général du FMI. "Il n'y a pas de confirmation encore de la part du juge. La confirmation devrait arriver en début de semaine. On se dirige vers la fin d'une tragédie", a-t-elle ajouté.

La femme de chambre, 33 ans, accuse l'ancien ministre socialiste d'agression sexuelle dans une suite de l'hôtel Sofitel de Manhattan le 14 mai 2011. Dominique Strauss-Kahn a admis une "relation inappropriée" et une "faute morale", mais dément toute contrainte ou violence.

La procédure au pénal ayant été abandonnée en août 2011 en raison de contradictions dans les dépositions de la femme de chambre, ses avocats se sont tournés vers la justice civile.   Suite...

 
<p>Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui l'accuse d'agression sexuelle dans un h&ocirc;tel de Manhattan, ont trouv&eacute; un terrain d'entente pour clore les poursuites civiles engag&eacute;es contre lui &agrave; New York, selon une source proche du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>