Des dentistes soupçonnés d'escroquerie et de violences

jeudi 29 novembre 2012 10h39
 

MARSEILLE (Reuters) - Quatre personnes, dont deux dentistes des quartiers nord de Marseille, ont été placées en garde à vue dans le cadre d'une affaire de fraude présumée à la Sécurité sociale et de santé publique, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Les deux chirurgiens-dentistes, un père et son fils, auraient multiplié artificiellement les actes médicaux, facturant par exemple près de 30 fois le prix moyen d'une couronne, au détriment de la Sécurité sociale et des mutuelles.

"C'était de l'abattage", explique un enquêteur cité par le quotidien La Provence, qui a révélé l'affaire.

Les praticiens auraient également pratiqué des actes sur des dents saines, le plus souvent sur des bénéficiaires de la couverture maladie universelle, qui ont droit à une dispense d'avance des frais.

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Marseille pour "violences aggravées, escroquerie, faux et usage de faux, fraude fiscale et abus de biens sociaux".

Les deux dentistes et leurs complices présumés devaient être présentés jeudi devant la juge Annaïck Le Goff, qui instruit déjà le dossier des prothèses mammaires défectueuses de la société Poly Implant Prothèse (PIP) et de son dirigeant fondateur Jean-Claude Mas.

Jean-François Rosnoblet, édité par Jean-Baptiste Vey

 
<p>Quatre personnes, dont deux dentistes des quartiers nord de Marseille, ont &eacute;t&eacute; plac&eacute;es en garde &agrave; vue dans le cadre d'une affaire de fraude pr&eacute;sum&eacute;e &agrave; la S&eacute;curit&eacute; sociale et de sant&eacute; publique. /Photo d'archives/ REUTERS/Jim Young</p>