Paris dit avoir un repreneur pour Florange

mercredi 28 novembre 2012 22h35
 

PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg a annoncé mercredi avoir trouvé un repreneur pour la totalité du site ArcelorMittal de Florange, dans son bras de fer pour obliger le géant mondial de l'acier à céder davantage d'activité qu'il n'est disposé à le faire.

Le ministre du Redressement productif a indiqué être "prêt" à aller jusqu'à la nationalisation provisoire du site si les négociations avec ArcelorMittal n'aboutissent pas d'ici vendredi, veille de la date-butoir fixée par le groupe pour la fin des négociations.

"Nous sommes prêts parce que nous avons un repreneur qui est un aciériste, un industriel, qui n'est pas un financier, qui, par ailleurs, souhaite investir son argent personnel, et, excusez du peu, est disposé à investir jusqu'à près de 400 millions", a dit Arnaud Montebourg à l'Assemblée nationale.

Philippe Verbeke, responsable CGT, a déclaré à l'issue d'une réunion à Bercy entre le ministre, des élus de Moselle et des responsables syndicaux du site qu'il "semblerait" que le repreneur annoncé "soit quelqu'un de la partie".

"A priori, c'est quelqu'un qui aurait une certaine cohérence sur l'approvisionnement minier, en amont et en aval", a-t-il dit. Michel Liebgott, député socialiste de Moselle, a ajouté sur BFM-TV qu'il s'agissait d'un "industriel crédible".

ArcelorMittal a indiqué mercredi à Reuters ne pas souhaiter communiquer sur les négociations avec le gouvernement français.

Arnaud Montebourg a précisé que le gouvernement pourrait mobiliser des participations "dormantes" de l'Etat pour financer une éventuelle nationalisation, sans coût pour le budget.

VENTE D'1% DE GDF SUEZ ?

L'Etat français serait prêt à vendre 1% de GDF Suez pour financer une éventuelle nationalisation du site de Florange, ont dit à Reuters plusieurs syndicalistes après leur rencontre avec le ministre du Redressement productif, ce qu'Arnaud Montebourg a par la suite démenti dans un communiqué.   Suite...

 
<p>LES CHIFFRES D'ARCELORMITTAL</p>