À la découverte d'emplois industriels délaissés

mercredi 28 novembre 2012 11h39
 

par Jean Décotte

BEAUZELLE, Haute-Garonne (Reuters) - Lunettes 3D sur le nez, récepteur audio collé à l'oreille, les jeunes visiteurs déambulent autour des machines de l'atelier, observant un chaudronnier et son apprenti s'affairer autour d'une pièce métallique.

Cette quinzaine d'élèves de l'Ecole de la deuxième chance de Toulouse est venue au Centre de formation d'apprentis de l'industrie (CFAI) de Beauzelle, à deux pas de la chaîne d'assemblage de l'Airbus A380, pour y découvrir des métiers délaissés et parfois déconsidérés.

Des entreprises industrielles de Midi-Pyrénées peinent à trouver certains types d'employés qualifiés, notamment dans l'aéronautique où les carnets de commandes sont pleins, au moment où le chômage est remonté en octobre à son pire niveau depuis 1998 en France.

Dans cette région qui bénéficie de la bonne santé d'Airbus, le nombre d'offres collectées par Pôle Emploi dans l'industrie a augmenté de 11,1% sur un an au deuxième trimestre, selon la direction régionale de l'emploi (Direccte) de Toulouse.

Sur la même période, l'indicateur de tension qui rapporte les offres d'emploi aux demandes enregistrées par Pôle Emploi s'élevait à 0,66 pour l'ensemble de l'économie régionale, contre un ratio de 1,21 pour le seul secteur de l'industrie, symbole de ces emplois en usines qui ne trouvent pas preneurs.

Nombre d'emplois industriels figurent sur la liste des "métiers en tension" que détaille la Direccte : chaudronnier-tôlier, ajusteur-mécanicien, programmeur sur machines à commande numérique, technicien de maintenance industrielle...

"CE N'EST PLUS ÉMILE ZOLA"

"On ne trouve plus de chaudronniers, de plieurs, de soudeurs", confirme Marc Gomez, président de la Mécanic Vallée, un groupement de 200 entreprises industrielles qui emploient quelque 15.000 personnes dans un arc allant de Brive à Rodez.   Suite...