L'opérateur télécoms SFR prévoit de supprimer 856 emplois

mercredi 28 novembre 2012 11h55
 

PARIS (Reuters) - L'opérateur SFR, filiale de Vivendi, a annoncé mercredi avoir engagé des négociations avec les organisations syndicales sur son plan de réorganisation prévoyant au total 856 suppressions d'emplois.

Le deuxième opérateur français de téléphonie mobile avait annoncé cet été qu'il prévoyait de réduire ses effectifs pour faire face à la baisse attendue de son activité et de ses marges dans un contexte de concurrence accrue sur le marché français des télécoms.

L'entreprise prévoit de mettre en place un plan de départs volontaires portant sur 1.123 emplois qui sera en partie compensé par 267 créations de postes, a-t-on précisé chez l'opérateur.

Ce chiffre correspond aux estimations des organisations syndicales qui tablaient sur une réduction des effectifs de l'ordre de 10% chez l'opérateur qui emploie au total 10.000 personnes.

La direction de SFR devait dévoiler les détails de son plan de réorganisation lors d'un comité central d'entreprise organisé ce matin au siège administratif de la société à La Défense.

"Ce plan de transformation vise à maintenir les investissements de SFR dans les infrastructures très haut débit et à permettre de disposer d'une organisation performante capable d'apporter à l'ensemble des clients une large gamme de services toujours plus compétitifs et innovants", explique l'entreprise dans un communiqué.

L'intersyndicale (CFDT, CFE-CGC, CGT, SUD et UNSA) a vigoureusement dénoncé cette annonce.

"Ces suppressions de postes et l'atteinte au droit à l'emploi sont d'autant moins justifiées que SFR reste une des entreprises les plus bénéficiaires du territoire national", soulignent les organisations syndicales dans un communiqué.

SECTEUR CHAMBOULÉ   Suite...

 
<p>L'op&eacute;rateur SFR, filiale de Vivendi, a annonc&eacute; mercredi avoir engag&eacute; des n&eacute;gociations avec les organisations syndicales sur un plan de mobilit&eacute; interne et de d&eacute;parts volontaires pr&eacute;voyant au total 856 suppressions d'emplois. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard</p>