UFC juge l'impact économique du chauffage électrique désastreux

mardi 27 novembre 2012 13h12
 

PARIS (Reuters) - L'impact économique du chauffage électrique en France est "désastreux" et démontre l'urgence d'une véritable transition énergétique, a dénoncé mardi l'UFC-Que choisir dans une étude publiée deux jours avant le lancement du débat sur l'énergie.

L'association de consommateurs souligne que, pour des raisons historiques, les foyers français sont suréquipés en radiateurs électriques, qui chauffent un tiers des logements.

"C'est une singularité, une spécificité française. C'est d'autant plus un sujet que le prix de l'électricité est évidemment une préoccupation des Français", a dit Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir, soulignant que les hausses de prix devraient s'accentuer dans les prochaines années.

La facture d'électricité des Français devrait bondir de 50% d'ici 2020, selon un récent rapport du Sénat.

Le coût du chauffage électrique - payé par l'ensemble des consommateurs - atteint des niveaux très élevés pendant les périodes de froid, auxquelles la France est très sensible, rappelle l'UFC-Que Choisir.

En hiver, chaque fois que la température extérieure baisse d'un degré, la consommation d'électricité augmente de 2.300 mégawatts (MW), soit l'équivalent de la consommation électrique d'une ville comme Marseille.

Pendant cette période, le prix de l'électricité peut atteindre 3.000 euros le mégawattheure, contre 50 euros environ en temps normal, dit l'association, sans préciser le surcoût total annuel pour les consommateurs.

RADIATEURS "GRILLE-PAIN"

"Une réflexion sur ce choix technologique s'impose et il est important de faire entendre la voix oubliée des consommateurs", ajoute Alain Bazot, rappelant que ces derniers ne seront pas représentés au débat sur l'énergie qui doit être lancé jeudi.   Suite...

 
<p>L'impact &eacute;conomique du chauffage &eacute;lectrique en France est "d&eacute;sastreux" et d&eacute;montre l'urgence d'une v&eacute;ritable transition &eacute;nerg&eacute;tique, a d&eacute;nonc&eacute; mardi l'UFC-Que choisir dans une &eacute;tude publi&eacute;e deux jours avant le lancement du d&eacute;bat sur l'&eacute;nergie. Les radiateurs &eacute;lectriques chauffent un tiers des logements. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau</p>