Le PS en ordre divisé à l'Elysée sur le cumul des mandats

lundi 26 novembre 2012 13h23
 

PARIS (Reuters) - Les dirigeants du Parti socialiste ont étalé lundi leurs divergences devant François Hollande sur le non-cumul des mandats prôné par l'ancien Premier ministre Lionel Jospin dans son rapport sur la modernisation des institutions publiques.

"Je plaide pour qu'on prenne en compte un statut particulier pour le Sénat", a déclaré à sa sortie de l'Elysée François Rebsamen, le président du groupe socialiste.

Le sénateur-maire de Dijon, opposant de la première heure à l'interdiction du cumul, a expliqué qu'il souhaitait que les sénateurs soient épargnés par la proposition d'interdire l'exercice d'un mandat parlementaire avec un exécutif local.

"(...) l'article 24 de la Constitution dispose que le Sénat assure la représentation des collectivités territoriales de la République, je pense qu'il devrait être possible de conserver un mandat local avec un mandat de sénateur", a-t-il expliqué.

Interrogé sur son possible isolement dans un Parti socialiste dont le programme défend le non-cumul, François Rebsamen a répliqué: "J'ai au moins les sénateurs avec moi, cela fait déjà du monde".

Prenant la parole quelques minutes après lui, Bruno Leroux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale a défendu "le renouveau démocratique" que devrait engendrer la réforme.

"Je demande à chacun de penser, d'abord à ce que souhaitent les Français (...) à ce que sont les propositions du président de la République, qui ont été validées par les Français", a-t-il déclaré.

Un point de vue partagé par le Premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir, ce dernier plaidant pour une application de la loi dès 2014 pour qu'il s'applique dès les prochaines élections municipales "afin que les parlementaires puissent se consacrer totalement à leur mandat".

François Hollande a entamé une série d'entretiens avec les chefs des principaux partis français et les anciens candidats à l'élection présidentielle pour discuter des propositions du rapport Jospin, qui a rendu sa copie la 9 novembre dernier.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

 
<p>Les dirigeants du Parti socialiste ont &eacute;tal&eacute; lundi leurs divergences devant Fran&ccedil;ois Hollande sur le non-cumul des mandats pr&ocirc;n&eacute; par l'ancien Premier ministre Lionel Jospin dans son rapport sur la modernisation des institutions publiques. /Photo prise le 25 avril 2012/REUTERS/Stephane Mah&eacute;</p>