Doutes sur le référendum après les élections en Catalogne

lundi 26 novembre 2012 14h44
 

par Fiona Ortiz et Braden Phillips

BARCELONE, Espagne (Reuters) - Les indépendantistes ont, comme prévu, remporté une large victoire lors des élections anticipées dimanche en Catalogne, mais un morcèlement dans la répartition des sièges pourrait compliquer la tenue d'un référendum sur une autonomie accrue de la région.

Les quatre formations favorables à une consultation référendaire sur l'indépendance obtiennent ensemble les deux tiers des 135 élus au parlement régional mais les électeurs ont sanctionné la première d'entre elle, la coalition Convergence et union (CiU, centre droit).

Le parti du président catalan, Artur Mas, demeure, certes, le plus important de la région, mais avec 50 élus il ne dispose pas d'une majorité absolue.

Les Catalans ont, semble-t-il, sanctionné la politique d'austérité menée par Artur Mas pour réduire l'important déficit budgétaire de la Catalogne, la CiU perdant 12 élus par rapport à sa représentation dans l'assemblée sortante.

Artur Mas, qui a fait du référendum le thème central de sa campagne après les grandes manifestations de septembre, sera contraint de nouer des alliances avec des formations plus petites, qui ont bénéficié du scrutin.

La Gauche républicaine (ERC), autre parti indépendantiste, apparaît ainsi comme le véritable vainqueur de cette consultation, doublant le nombre de ses élus de 10 à 21.

Artur Mas peut trouver un terrain d'entente avec ses partenaires, mais une coalition pourrait se révéler chaotique en raison de l'opposition de la Gauche républicaine à ses projets de stabilité financière.

ERREUR   Suite...

 
<p>Conf&eacute;rence de presse &agrave; Barcelone du pr&eacute;sident catalan Artur Mas de la coalition Convergence et union (CiU, centre droit), &agrave; l'issue des &eacute;lections r&eacute;gionales anticip&eacute;es de dimanche en Catalogne. Les quatre partis ind&eacute;pendantistes ont remport&eacute; la majorit&eacute; absolue des si&egrave;ges disput&eacute;s, malgr&eacute; un r&eacute;sultat d&eacute;cevant pour le premier d'entre eux, &agrave; la t&ecirc;te de la G&eacute;n&eacute;ralit&eacute; depuis fin 2010. /Photo prise le 25 novembre 2012/REUTERS/Albert Gea</p>