Des élus manifestent contre "l'Ayraultport" de Nantes

dimanche 25 novembre 2012 16h43
 

NANTES (Reuters) - Une quarantaine d'élus de différents partis politiques ont manifesté dimanche contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes devant la préfecture de Loire-Atlantique, à Nantes.

Jean-Marc Ayrault a annoncé samedi un "dialogue" sur le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, une concession faite après une nouvelle journée d'affrontements entre les opposants au projet et les forces de l'ordre. .

Parmi les élus qui manifestaient dimanche, Jean-Philippe Magnen, porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) et conseiller régional en Pays de la Loire. Certains portaient leurs écharpes tricolores. D'autres se sont enchaînés aux grilles de la préfecture.

Une délégation a finalement été reçue en préfecture. "Nous demandons à Manuel Valls et à Jean-Marc Ayrault d'ordonner le départ de toutes les forces de l'ordre qui sont stationnées sur le périmètre du projet d'aéroport. C'est le seul préalable au dialogue avec le gouvernement", a dit à la presse Françoise Verchère, du Parti de Gauche, co-présidente du collectif.

Françoise Verchère déplore que de nouveaux affrontements aient eu lieu dans la nuit.

Dans la matinée, Dominique Fresneau, co-président de l'Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d'aéroport (Acipa) avait formulé la même demande sur le retrait des gendarmes mobiles.

Il dénonce "une répression très forte" et évoque de nombreux blessés. "Même si l'opposition est illégale, elle est légitime à Notre-Dame-des-Landes, poursuit Dominique Fresneau. Le Premier ministre veut amener des mesures d'apaisement, alors que c'est lui qui a allumé des incendies partout. Il se met lui-même en position de siège éjectable à Matignon", a-t-il dit.

Ce dimanche midi, des opposants ont organisé un grand pique-nique sur un terrain de Notre-Dame-des-Landes. Ils annoncent reprendre la construction de cabanes pour poursuivre leur lutte, alors que tout un campement de constructions illégales a été détruit samedi.

Jérôme Jolivet, édité par Thierry Lévêque et Pascal Liétout

 
<p>Une quarantaine d'&eacute;lus de diff&eacute;rents partis politiques ont manifest&eacute; dimanche contre le projet d'a&eacute;roport de Notre-Dame-des-Landes devant la pr&eacute;fecture de Loire-Atlantique, &agrave; Nantes. /Photo d'archives/REUTERS/St&eacute;phane Mah&eacute;</p>