Fronde des juges en Egypte, manifestations prévues mardi

samedi 24 novembre 2012 21h49
 

par Tom Perry

LE CAIRE (Reuters) - La contestation contre le décret renforçant les pouvoirs du président Mohamed Morsi a gagné samedi l'appareil judiciaire en Egypte, où partisans et adversaires des Frères musulmans prévoient de poursuivre l'épreuve de force dans la rue mardi lors de rassemblements concurrents.

Mohamed ElBaradei, qui s'attend à être nommé prochainement coordinateur du Front de salut national, une fédération des mouvements d'opposition, a qualifié le chef de l'Etat de dictateur.

Il a estimé que le décret voulu par Mohamed Morsi donnait à ce dernier les pouvoirs d'un pharaon.

"Il n'y a aucune place pour le dialogue quand un dictateur impose les mesures les plus odieuses et les plus répressives et dit après 'partageons la différence'", a dit Mohamed ElBaradei.

Au lendemain d'une journée de manifestations et de violences à travers le pays, notamment au Caire, à Alexandrie, à Port Saïd et à Suez, l'odeur du gaz lacrymogène continuait de planer sur la place Tahrir, où se sont rassemblés vendredi des milliers d'opposants à Mohamed Morsi.

Une poignée de jeunes radicaux ont continué à affronter de manière sporadique les forces de l'ordre dans les rues proches de cette place du centre du Caire, épicentre de la révolution qui a renversé Hosni Moubarak en février 2011.

Des organisations de gauche et libérales ont appelé à occuper la place jusqu'à l'annulation du décret présidentiel, qui rend les décisions du chef de l'Etat irrévocables par l'appareil judiciaire dans l'attente de l'élection d'un nouveau Parlement. Quelques dizaines d'activistes étaient postés à des barricades détournant la circulation automobile de Tahrir.

Les violences ont fait plus de 300 blessés vendredi et des locaux des Frères musulmans, dont est issu Mohamed Morsi, ont été attaqués dans au moins trois villes.   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident de l'association des juges &eacute;gyptiens, Ahmed al Zind, lors d'une r&eacute;union de cette association au Caire, samedi. La contestation contre le d&eacute;cret renfor&ccedil;ant les pouvoirs du pr&eacute;sident Mohamed Morsi a gagn&eacute; samedi l'appareil judiciaire en Egypte, o&ugrave; partisans et adversaires des Fr&egrave;res musulmans pr&eacute;voient de poursuivre l'&eacute;preuve de force dans la rue mardi lors de rassemblements concurrents. /Photo prise le 24 novembre 2012/REUTERS/Asmaa Waguih</p>