Le corps de Yasser Arafat sera exhumé mardi

samedi 24 novembre 2012 17h18
 

par Jihan Abdalla

RAMALLAH, Cisjordanie (Reuters) - Huit ans après son décès dans un hôpital militaire de la banlieue parisienne, le corps de Yasser Arafat sera exhumé mardi dans le cadre d'une enquête pour déterminer si l'ancien dirigeant palestinien a été assassiné.

Taoufic al Tiraoui, qui préside la commission palestinienne chargée de superviser l'enquête, a déclaré samedi à la presse que cette exhumation constituait "une nécessité douloureuse".

Les Palestiniens, a-t-il ajouté à Ramallah, détiennent "des éléments tendant à montrer que Yasser Arafat a été assassiné par les Israéliens".

En Israël, les autorités nient être impliqués en quoi que ce soit dans la mort du chef historique palestinien, décédé le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de -Seine) après y avoir été transporté d'urgence le 29 octobre et avoir sombré dans un coma de plus en plus profond.

Taoufic al Tiraoui a précisé que la dépouille mortelle d'"Abou Ammar" serait extraite de son mausolée à Ramallah hors la présence du public et des médias.

Des échantillons distincts seront confiés à des équipes de médecins légistes français et suisses, ainsi qu'à une équipe d'experts russes, invités par les Palestiniens à aider à l'examen.

Après l'enquête, "le corps d'Abou Ammar reprendra sa place lors d'une cérémonie militaire qui sied à un dirigeant du peuple palestinien".

Selon Taoufic al Tiraoui, l'annonce du résultat des investigations pourrait prendre plusieurs mois.   Suite...

 
<p>Taoufic al Tiraoui, qui pr&eacute;side la commission palestinienne charg&eacute;e de superviser l'enqu&ecirc;te pour d&eacute;terminer si Yasser Arafat a &eacute;t&eacute; assassin&eacute;, lors d'une conf&eacute;rence de presse samedi &agrave; Ramallah. Huit ans apr&egrave;s son d&eacute;c&egrave;s dans un h&ocirc;pital militaire de la banlieue parisienne, le corps de l'ancien dirigeant palestinien sera exhum&eacute; mardi pour d&eacute;terminer les causes de sa mort. /Photo prise le 24 novembre 2012/REUTERS/Mohamad Torokman</p>