Nicolas Sarkozy a nié tout don des Bettencourt

samedi 24 novembre 2012 11h52
 

BORDEAUX (Reuters) - Nicolas Sarkozy a nié jeudi devant un juge d'instruction avoir jamais reçu "un sou" de la famille Bettencourt, écrit samedi le quotidien Sud-Ouest, qui publie des extraits de son audition.

L'ancien président s'est vu notifier par le juge de Bordeaux Jean-Michel Gentil le statut de témoin assisté, hybride entre celui de simple témoin et une mise en examen, dans l'enquête sur un possible abus de faiblesse de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal.

Il peut ainsi envisager un retour en politique, les autres enquêtes qui pourraient le viser étant peu susceptibles de déboucher sur une mise en examen.

"Je connais les Bettencourt depuis que j'ai 28 ans. J'en ai 57. J'ai fait cinq campagnes municipales. Ils ne m'ont jamais donné un sou, je ne leur ai jamais donné un sou et je ne leur ai jamais rien demandé", a-t-il déclaré jeudi selon Sud-Ouest. "Je n'allais pas commencer à 52 ans comme président de la République."

Me Antoine Gillot, avocat de Claire Thibout, l'ex-comptable de Liliane Bettencourt qui a fait état de versements d'argent pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, a estimé que ces propos ne prouvaient rien.

"On n'est pas obligé de croire sur parole Monsieur Sarkozy quand il fait ces déclarations et si vous voulez mon avis personnel, moi je ne crois pas un mot de ce qu'il a dit", a-t-il souligné sur i>télé.

L'ancien président a affirmé qu'il était "celui qui est allé le moins souvent lui rendre visite parmi les personnalités politiques citées par le personnel de maison de M. et Mme Bettencourt, à savoir Michel Sapin, les Bérégovoy, Hubert Védrine, les Chirac". "Je n'y suis allé qu'une fois."

"FOSSÉ INFRANCHISSABLE"

Concernant un rendez-vous du 5 novembre 2008 à l'Elysée avec Liliane Bettencourt, l'ex-président a souligné que "ce rendez-vous n'est en aucun cas détachable de ma fonction de président de la République" et estime que s'il doit "rendre compte d'un rendez-vous en tant que président de la République et à la présidence de la République, ce sera devant la Haute cour".   Suite...

 
<p>Nicolas Sarkozy a ni&eacute; jeudi devant le juge d'instruction &agrave; Bordeaux avoir re&ccedil;u le moindre argent de la famille Bettencourt, &eacute;crit samedi Sud-Ouest qui publie des extraits de son audition. /Photo prise le 9 mai 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>