Sarkozy échappe à la mise en examen dans l'affaire Bettencourt

jeudi 22 novembre 2012 22h53
 

BORDEAUX (Reuters) - Nicolas Sarkozy a échappé jeudi à une mise en examen après une audition-fleuve de douze heures chez trois juges d'instruction à Bordeaux dans l'enquête sur la fortune de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt, qui aurait été en partie spoliée.

"Il a le statut de témoin assisté après une longue audition", a dit Me Thierry Herzog à Reuters par téléphone. Il n'a pas souhaité faire d'autre commentaire dans l'immédiat.

Le parquet a confirmé ensuite cette information dans un communiqué.

"Dans le cadre de l'information judiciaire suivie à raison de faits d'abus de faiblesse, d'abus de confiance aggravés, d'escroqueries aggravées au préjudice de Mme Liliane Bettencourt, les trois magistrats instructeurs co-saisis, ont recueilli l'audition de M. Nicolas Sarkozy (...) Au terme de cette audition, M. Nicolas Sarkozy s'est vu notifier le statut de témoin assisté", lit-on dans cette déclaration.

Ce statut hybride entre témoin simple et mis en examen signifie que Nicolas Sarkozy ne sera pas renvoyé devant le tribunal en fin d'information, s'il est maintenu d'ici là.

Un changement de statut vers une mise en examen est procéduralement possible d'ici la fin de l'instruction, mais cette hypothèse apparaît comme peu probable.

Deuxième ex-chef d'Etat de la Ve République à être convoqué par la justice pénale après Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy était arrivé en voiture peu après 09h00 dans un palais de justice de Bordeaux surveillé par des centaines de policiers et assiégé par la presse.

Il est reparti de la même manière, sans faire de déclaration, ont constaté des correspondants de Reuters.

L'ancien président nie toute malversation dans ce dossier qui a mis au jour de nombreux abus de la fortune de la milliardaire et permis de découvrir des retraits en espèces de quatre millions d'euros sur ses comptes suisses en 2007-2009.   Suite...

 
<p>Nicolas Sarkozy (au centre) a &eacute;chapp&eacute; &agrave; une mise en examen apr&egrave;s une audition-fleuve de douze heures jeudi chez trois juges d'instruction &agrave; Bordeaux dans l'enqu&ecirc;te sur la fortune de l'h&eacute;riti&egrave;re de L'Or&eacute;al Liliane Bettencourt, qui aurait &eacute;t&eacute; en partie spoli&eacute;e. /Photo prise le 22 novembre 2012/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>