Jean-François Copé propose une rencontre à François Fillon

jeudi 22 novembre 2012 12h11
 

PARIS (Reuters) - François Fillon a accepté jeudi de rencontrer Jean-François Copé pour tenter de sortir de l'impasse à l'UMP à une condition : la présence d'Alain Juppé, auquel il a demandé d'assurer une direction collégiale à la tête du parti d'opposition.

Les rivaux, qui revendiquent chacun la victoire dans l'élection pour la présidence de l'UMP même si l'ancien Premier ministre a renoncé au poste, campent sur leurs positions, menaçant de plonger le parti dans une crise sans issue.

L'ancien ministre Xavier Bertrand, qui fut secrétaire général de l'UMP de janvier 2009 à novembre 2010 avant Jean-François Copé, s'est posé en médiateur jeudi, proposant de rencontrer Jean-François Copé puis François Fillon pour sauver une UMP qui "n'a jamais été autant en danger".

"Ce n'est pas facile, mais je cherche toutes les solutions pour en sortir", a-t-il dit à des journalistes à son arrivée au siège du parti.

Jean-François Copé, dont François Fillon menace de contester la victoire en justice, a contre-attaqué jeudi matin en accusant sur Europe 1 l'équipe de l'ancien Premier ministre d'"opérations massives, délibérées, préméditées de fraude" en Nouvelle-Calédonie, l'un des départements d'outre-mer au coeur du litige.

Il a précisé qu'il allait produire "dans les heures qui viennent les éléments qui mettront fin à toute polémique".

"Le comportement de François Fillon, c'est l'histoire d'un mauvais perdant qui vient donner des leçons de morale sans se les appliquer à lui-même", a lâché le député-maire de Meaux.

François Fillon, qui revendique la victoire avec 26 voix d'avance après l'omission de 1.304 suffrages outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, Mayotte), a annoncé mercredi soir sur TF1 qu'il renonçait à la présidence de l'UMP mais qu'il saisirait les tribunaux si Jean-François Copé refusait l'instauration d'une direction collégiale sous l'égide d'Alain Juppé, président fondateur de l'UMP.

Jean-François Copé rejette cette proposition et a assuré n'avoir "aucun problème" avec un éventuel recours judiciaire.   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Fillon a accept&eacute; jeudi de rencontrer Jean-Fran&ccedil;ois Cop&eacute; pour tenter de sortir de l'impasse &agrave; l'UMP &agrave; une condition : la pr&eacute;sence d'Alain Jupp&eacute;, auquel il a demand&eacute; d'assurer une direction coll&eacute;giale &agrave; la t&ecirc;te du parti d'opposition. /Photo prise le 22 novembre 2012/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>