Eurogroupe, FMI et BCE se séparent sans accord sur la Grèce

mercredi 21 novembre 2012 19h17
 

par Andreas Rinke et Lefteris Papadimas

BERLIN/ATHENES (Reuters) - Les bailleurs de fonds internationaux n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur une aide d'urgence à la Grèce et feront une nouvelle tentative lundi prochain, mais l'Allemagne signale que des points de désaccords significatifs subsistent.

Les représentants de la "troïka" des créanciers d'Athènes se sont séparés mercredi matin sans avoir trouvé d'accord sur les moyens à mettre en oeuvre pour ramener le ratio d'endettement grec à 120% de son produit intérieur brut (PIB).

Après près de douze heures de négociations, ils ont dû se résoudre à prévoir une nouvelle réunion, la troisième du mois, lundi prochain, afin d'obtenir le consensus nécessaire au versement d'une nouvelle tranche d'aide à la Grèce.

Plusieurs responsables européens ont minimisé cet échec, notant que les différends étaient d'ordre technique et que l'accord serait conclu lors de leur prochaine réunion du 26 novembre.

"Il n'y a pas de désaccord politique majeur", a affirmé à l'issue de la réunion Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe des ministres des Finances de la zone euro.

Le ministre français des Finances, Pierre Moscovici, a appuyé ces propos sur Europe 1 : "Nous sommes à un cheveu d'un accord, je suis très confiant que nous y parviendrons lundi".

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schaüble a dit son optimisme dans la capacité de la Grèce à trouver les moyens de couvrir ses besoins de financement, par exemple en l'autorisant à racheter sa propre dette avec une décote, en puisant sur les revenus dégagés par la Banque centrale européenne (BCE) de ses achats de dette grecque et en abaissant les taux .

"Des mesures supplémentaires sont nécessaires et nous avons eu des discussions intensives à ce sujet avec le Fonds monétaire international. Nous sommes d'accord pour l'essentiel que le déficit sera résorbé, qu'il y aura un programme de rachat de la dette grecque sur le marché", a-t-il dit à la presse.   Suite...

 
<p>Le ministre fran&ccedil;ais de l'Economie Pierre Moscovici (&agrave; gauche) en discussions &agrave; Bruxelles avec le pr&eacute;sident de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker. Les ministres des Finances de la zone euro et les repr&eacute;sentants du Fonds mon&eacute;taire international (FMI) et de la Banque centrale europ&eacute;enne (BCE) se sont s&eacute;par&eacute;s mercredi matin sans avoir trouv&eacute; d'accord sur les moyens &agrave; mener pour r&eacute;duire la dette grecque &agrave; un niveau soutenable de 120% du PIB, d'ici 2020. /Photo prise le 20 novembre 2012/REUTERS/Yves Herman</p>