Efforts diplomatiques pour une trêve entre le Hamas et Israël

mardi 20 novembre 2012 07h29
 

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - Au septième jour du conflit entre Israël et les islamistes du Hamas dans la bande de Gaza, les efforts de la diplomatie internationale pour faire taire les armes se poursuivaient mardi autour du président égyptien Mohamed Morsi.

Les bombardements israéliens ont tué 108 personnes depuis mercredi dernier dans l'enclave côtière palestinienne, selon les autorités gazaouies. Sur ce total, la moitié sont des civils dont 27 enfants. Côté israélien, trois personnes ont été tuées par les roquettes palestiniennes.

Mardi, les dirigeants israéliens continuaient de soupeser les avantages et les inconvénients d'envoyer les chars sur le terrain dans ce réduit densément peuplé deux mois avant les élections législatives. Ils ont fait savoir qu'ils préféreraient un règlement par la voie diplomatique avec l'appui des grandes puissances, dont les Etats-Unis, la Russie et l'Union européenne.

Le président Mohamed Morsi a reçu un appel de Barack Obama lundi. Le président américain lui a dit que le Hamas devait cesser ses tirs de roquettes sur Israël, reprenant ce faisant à son compte le motif affiché par Israël pour le lancement de l'opération "Pilier de défense" il y a près d'une semaine.

Selon la Maison blanche, Barack Obama a aussi dit regretter les morts de civils, qui ont touché essentiellement les Palestiniens.

Le président américain a ensuite appelé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et fait le point sur la situation à Gaza et en Israël.

Mohamed Morsi a mis en garde Benjamin Netanyahu de conséquences graves en cas d'intervention terrestre du type de "Plomb durci", qui avait fait plus de 1.400 morts dans la bande de Gaza il y a quatre ans.

Le président égyptien ne doit pas pour autant s'aliéner Israël, qui a signé un traité de paix avec l'Egypte en 1979, ni les Etats-Unis, un de ses importants bailleurs de fonds.

Mohamed Morsi doit rencontrer le secrétaire général des Nations unies mardi au Caire. Ban Ki-moon rencontrera aussi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem et le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, mais n'a pas prévu de se rendre dans la bande de Gaza.   Suite...

 
<p>A Gaza. Au septi&egrave;me jour du conflit entre Isra&euml;l et les islamistes du Hamas dans le territoire palestinien, les efforts de la diplomatie internationale pour faire taire les armes se poursuivaient mardi autour du pr&eacute;sident &eacute;gyptien Mohamed Morsi. /Photo prise le 20 novembre 2012/REUTERS/Suhaib Salem</p>