20 novembre 2012 / 06:34 / dans 5 ans

Efforts diplomatiques pour une trêve entre le Hamas et Israël

<p>A Gaza. Au septi&egrave;me jour du conflit entre Isra&euml;l et les islamistes du Hamas dans le territoire palestinien, les efforts de la diplomatie internationale pour faire taire les armes se poursuivaient mardi autour du pr&eacute;sident &eacute;gyptien Mohamed Morsi. /Photo prise le 20 novembre 2012/REUTERS/Suhaib Salem</p>

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - Au septième jour du conflit entre Israël et les islamistes du Hamas dans la bande de Gaza, les efforts de la diplomatie internationale pour faire taire les armes se poursuivaient mardi autour du président égyptien Mohamed Morsi.

Les bombardements israéliens ont tué 108 personnes depuis mercredi dernier dans l‘enclave côtière palestinienne, selon les autorités gazaouies. Sur ce total, la moitié sont des civils dont 27 enfants. Côté israélien, trois personnes ont été tuées par les roquettes palestiniennes.

Mardi, les dirigeants israéliens continuaient de soupeser les avantages et les inconvénients d‘envoyer les chars sur le terrain dans ce réduit densément peuplé deux mois avant les élections législatives. Ils ont fait savoir qu‘ils préféreraient un règlement par la voie diplomatique avec l‘appui des grandes puissances, dont les Etats-Unis, la Russie et l‘Union européenne.

Le président Mohamed Morsi a reçu un appel de Barack Obama lundi. Le président américain lui a dit que le Hamas devait cesser ses tirs de roquettes sur Israël, reprenant ce faisant à son compte le motif affiché par Israël pour le lancement de l‘opération “Pilier de défense” il y a près d‘une semaine.

Selon la Maison blanche, Barack Obama a aussi dit regretter les morts de civils, qui ont touché essentiellement les Palestiniens.

Le président américain a ensuite appelé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et fait le point sur la situation à Gaza et en Israël.

Mohamed Morsi a mis en garde Benjamin Netanyahu de conséquences graves en cas d‘intervention terrestre du type de “Plomb durci”, qui avait fait plus de 1.400 morts dans la bande de Gaza il y a quatre ans.

Le président égyptien ne doit pas pour autant s‘aliéner Israël, qui a signé un traité de paix avec l‘Egypte en 1979, ni les Etats-Unis, un de ses importants bailleurs de fonds.

Mohamed Morsi doit rencontrer le secrétaire général des Nations unies mardi au Caire. Ban Ki-moon rencontrera aussi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem et le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, mais n‘a pas prévu de se rendre dans la bande de Gaza.

UNE CERTAINE ACCALMIE

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Mohamed Amr, est attendu à Gaza mardi avec plusieurs de ses homologues de la Ligue arabe pour “exprimer sa solidarité” au peuple palestinien, a fait savoir son ministère.

Le Premier ministre égyptien Hicham Kandil a déclaré à Reuters qu‘une trêve lui semblait “très proche”, tout en se montrant très prudent.

Selon la presse israélienne, des responsables israéliens se trouvent également au Caire pour des discussions.

Le chef du bureau politique du Hamas en exil, Khaled Méchaal, a déclaré au Caire qu‘Israël devait faire le premier pas pour restaurer le calme.

“Celui qui a commencé la guerre doit la cesser”, a-t-il dit lors d‘une conférence de presse au Caire.

“Les déclarations du Hamas au sujet d‘un cessez-le-feu, affirmant qu‘Israël implore d‘en avoir un, sont aussi exactes que lorsqu‘il affirme avoir abattu un (avion) F-15 ou attaqué la Knesset”, a rétorqué dans la foulée un haut responsable israélien.

Un responsable proche de Netanyahu a déclaré à Reuters : “Israël est prêt et a pris des mesures pour une incursion terrestre qui s‘occupera durement de la machine militaire du Hamas”

“Nous préférerions voir une solution diplomatique qui garantisse la paix pour la population israélienne dans le sud. Si c‘est possible, alors une opération au sol ne serait plus requise”, a-t-il ajouté. “Si la diplomatie échoue, il se pourrait bien que nous n‘ayons d‘autre alternative que d‘envoyer l‘armée de terre.”

Les statistiques israélienne pour lundi montrent une certaines accalmie dans les échanges. La police israélienne a compté 110 roquettes s‘abattant sur Israël sans faire de blessés dont 42 ont été abattues par des batteries antimissiles.

Israël dit avoir mené 80 frappes aériennes sur Gaza. Comparé à plus de 1.000 roquettes tirées au total et à 1.350 frappes aériennes, cela indiquait que le niveau des échanges de feu avait baissé.

Les enfants continuent néanmoins à mourir. Lundi, le Hamas a fait état de la mort de jumeaux de quatre ans et de leurs parents dans la localité de Beit Lahiya. Selon les voisins, ils n‘avaient pas de lien avec les activistes.

Danielle Rouquié pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below