Raids israéliens sur Gaza, une trêve recherchée

dimanche 18 novembre 2012 23h20
 

par Nidal al-Mughrabi et Jeffrey Heller

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - La marine et l'aviation israéliennes ont poursuivi dimanche leurs bombardements de la bande de Gaza pour la cinquième journée consécutive, avant une éventuelle intervention terrestre, sans parvenir à faire cesser les tirs de roquettes palestiniennes sur l'Etat hébreu.

Des tractations sont en cours pour tenter de conduire à une trêve mais ces efforts diplomatiques ne semblent pas devoir aboutir rapidement.

S'exprimant sur la situation pour la première fois en public depuis le début de la campagne de bombardements aériens sur Gaza mercredi, Barack Obama a dit soutenir "pleinement le droit d'Israël à assurer sa propre défense". Le président américain a cependant jugé "préférable" d'éviter une invasion terrestre.

Dans des scènes rappelant l'opération "Plomb durci" de l'hiver 2008-2009, Israël masse toutefois des chars, des pièces d'artillerie et des unités d'infanterie près de la frontière avec Gaza, territoire contrôlé par les islamistes du Hamas.

Benjamin Netanyahu a averti dimanche qu'Israël était prêt à étendre son offensive destinée à mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes sur son territoire.

"Nous faisons payer un lourd tribut au Hamas et aux organisations terroristes et les Forces de défense israéliennes sont prêtes à étendre leurs opérations de façon significative," a dit le chef du gouvernement israélien lors d'un conseil des ministres, sans fournir de plus amples détails.

Depuis mercredi, jour où Israël a tué le chef militaire du Hamas, les raids israéliens ont fait côté palestinien 72 morts, dont 21 enfants et plusieurs femmes, ainsi que des centaines de blessés, selon un bilan fourni par les autorités palestiniennes.

TEL AVIV VISÉE PAR LE HAMAS   Suite...

 
<p>Isra&euml;l a poursuivi ses bombardements contre des cibles activistes dans la bande de Gaza dimanche pour la cinqui&egrave;me journ&eacute;e cons&eacute;cutive, par des moyens navals et a&eacute;riens avant une &eacute;ventuelle intervention terrestre. /Photo prise le 18 novembre 2012/REUTERS/Amir Cohen</p>