L'aile gauche du Parti socialiste écartée de la direction

samedi 17 novembre 2012 21h01
 

PARIS (Reuters) - La sénatrice Frédérique Espagnac et le sénateur David Assouline ont été nommés samedi porte-parole du Parti socialiste français par le nouveau "patron" du PS Harlem Désir, qui a exclu l'aile gauche du parti de la nouvelle équipe.

Le secrétariat national (le gouvernement du parti, ndlr) est totalement paritaire et compte 56 secrétaires nationaux, précise l'organigramme présenté au conseil national du PS.

Le n°2 du PS, le député Guillaume Bachelay, est nommé responsable de la coordination tandis qu'Alain Fontanel devient secrétaire aux fédérations et conseiller politique auprès d'Harlem Désir.

Ce dernier, qui a présenté une équipe "renouvelée, solidaire, diverse, pleine d'énergie et d'idées", estime que le PS est désormais "en ordre de marche" pour "porter le message" de François Hollande.

Mais le député Jérôme Guedj, l'un des porte-paroles de l'aile gauche du PS, a déploré qu'aucun membre de cette sensibilité, qui a rassemblé 28,1% des voix sous la conduite d'Emmanuel Maurel au congrès de Toulouse, ne fasse partie du secrétariat national.

"Harlem Désir n'a pas créé les conditions pour un rassemblement plein et entier", déplore-t-il au JDD.fr, soulignant que le nouveau dirigeant s'était pourtant engagé à faire une place à Emmanuel Maurel et à ses amis.

Selon Jérôme Guedj, Harlem Désir voulait que les membres de la direction nationale soient dans le soutien "absolu" au gouvernement. "Nous avons alors déclaré ne pas pouvoir lui garantir cette position", dit-il.

Il estime également qu'il y a eu une "inflexion de ligne" de la direction depuis le congrès de Toulouse en raison de la présentation du pacte de compétitivité.

"Sans mettre en difficulté le président de la République, on peut avoir le droit de s'étonner, de questionner et, idéalement, de s'amender", estime-t-il.

Gérard Bon

 
<p>Harlem D&eacute;sir, nouveau "patron" du PS a exclu l'aile gauche du parti de la nouvelle &eacute;quipe dirigeante. /Photo prise le 26 octobre 2012/REUTERS/Jean-Philippe Arles</p>