Raids à Gaza, Israël rappelle des réservistes

samedi 17 novembre 2012 18h03
 

par Nidal al-Mughrabi et Jeffrey Heller

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - L'aviation israélienne a bombardé samedi des bâtiments gouvernementaux du Hamas à Gaza, notamment les bureaux du Premier ministre Ismaël Haniyeh, tandis que les islamistes palestiniens poursuivaient leurs tirs de roquettes sur l'Etat hébreu.

Vendredi soir, le gouvernement de Benjamin Netanyahu a autorisé le rappel si nécessaire de 75.000 réservistes, signe supplémentaire d'une possible intervention terrestre dans l'enclave côtière palestinienne, près de laquelle troupes et blindés de Tsahal sont massés. Jusqu'ici, 16.000 réservistes ont été rappelés.

Autre signe de préparation d'une intervention au sol, l'armée israélienne a annoncé que l'autoroute menant à la bande de Gaza et deux routes qui longent le territoire où vivent 1,7 million de Palestiniens allaient être fermées aux véhicules civils.

En décembre 2008 et janvier 2009, Israël a mené une offensive de trois semaines à Gaza, l'opération "Plomb durci" qui a fait 1.400 morts parmi les Palestiniens et treize chez les Israéliens.

Samedi après-midi, une roquette palestinienne a été détruite en vol au-dessus des faubourgs sud de Tel Aviv, la capitale commerciale israélienne.

Depuis jeudi, quatre roquettes ont été tirées de Gaza vers Tel Aviv - deux jeudi, dont une est tombée en mer et l'autre s'est écrasée dans un secteur inhabité des faubourgs de la ville; une vendredi, qui s'est aussi abîmée en mer; et la dernière samedi, détruite par une batterie du système antiaérien "Dôme de fer" déployée seulement quelques heures auparavant.

Une autre roquette a atteint samedi matin un immeuble d'Ashdod, ville côtière dans le sud de l'Etat hébreu, faisant selon la police cinq blessés.

41 MORTS DEPUIS MERCREDI CÔTÉ PALESTINIEN   Suite...

 
<p>L'aviation isra&eacute;lienne a bombard&eacute; samedi les b&acirc;timents gouvernementaux du Hamas &agrave; Gaza apr&egrave;s l'autorisation donn&eacute;e par le gouvernement de Benjamin Netanyahu de mobiliser jusqu'&agrave; 75.000 r&eacute;servistes, signe suppl&eacute;mentaire d'une possible intervention terrestre isra&eacute;lienne dans l'enclave c&ocirc;ti&egrave;re palestinienne. /Photo prise le 17 novembre 2012/REUTERS/Darren Whiteside</p>