L'auteur d'une tuerie familiale en Corse acquitté et hospitalisé

samedi 17 novembre 2012 09h33
 

par Roger Nicoli

AJACCIO (Reuters) - Un jeune homme de 19 ans, accusé d'avoir abattu sans mobile apparent son père, sa mère et ses deux frères en 2009 près d'Ajaccio a été acquitté samedi par la Cour d'assises des mineurs de Corse-du-Sud.

L'avocate générale Valérie Tavernier avait requis 18 ans de réclusion, estimant que l'adolescent, Andy, âgé de 16 ans au moment des faits, était pénalement responsable de ses actes.

Lors du prononcé du verdict, rendu samedi vers 1h20 après six heures de délibérations, le président de la Cour, David Macouin, a expliqué que le jeune homme avait été reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés mais déclaré irresponsable d'un point de vue pénal en raison d'un trouble mental "ayant aboli son discernement".

En conséquence, la Cour d'assises a ordonné son hospitalisation d'office au sein d'une structure psychiatrique.

L'accusé a toutefois été condamné à verser environ 300.000 euros des dommages et intérêts à divers membres de la famille.

"C'est le verdict que l'on attendait, mais il n'y a pas de joie, il n'y a ni gagnant ni perdant. Aujourd'hui, Andy va être soigné, mais cela va prendre du temps, il ne sait pas dans quel monde il va être plongé", a déclaré un de ses avocats, le bâtonnier d'Ajaccio Marc Maroselli.

Le parquet dispose d'un délai de dix jours pour faire appel.

"Nous attendions cette décision de justice et nous la respectons mais il reste des zones d'ombre qui ne sont pas dissipées", a déclaré l'un des avocats des familles.   Suite...

 
<p>Un jeune homme de 19 ans, accus&eacute; d'avoir abattu sans mobile apparent son p&egrave;re, sa m&egrave;re et ses deux fr&egrave;res en 2009 pr&egrave;s d'Ajaccio a &eacute;t&eacute; acquitt&eacute; samedi par la Cour d'assises des mineurs de Corse-du-Sud. Le pr&eacute;sident de la Cour a expliqu&eacute; que le jeune homme avait &eacute;t&eacute; reconnu coupable des faits qui lui sont reproch&eacute;s mais d&eacute;clar&eacute; irresponsable d'un point de vue p&eacute;nal en raison d'un trouble mental "ayant aboli son discernement". Son hospitalisation d'office au sein d'une structure psychiatrique a &eacute;t&eacute; ordonn&eacute;e. /Photo d'archives/REUTERS</p>