Paris et Varsovie s'allient pour la bataille du budget européen

vendredi 16 novembre 2012 18h42
 

par Julien Ponthus

VARSOVIE (Reuters) - Budget européen, Europe de la défense, avenir de la zone euro : François Hollande a exhorté vendredi la Pologne à prendre toute la place que lui vaut son statut de "grand pays" pour jouer un rôle majeur - et d'allié - dans la construction européenne.

En visite d'Etat dans un pays parfois délaissé au bénéfice de l'Allemagne, le président français a souligné que Paris et Varsovie travailleraient de concert dans la bataille qui s'engagera à Bruxelles les 22 et 23 novembre pour le budget de l'Union européenne sur la période 2014-2020.

"Nous serons ensemble pour défendre une même conception du budget fondée sur la solidarité", a déclaré François Hollande lors d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec le président polonais, Bronislaw Komorowski.

France et Pologne, a-t-il ajouté, souhaitent "un budget à un niveau suffisant qui permettre de préserver la politique agricole commune et les politiques de cohésion."

"Nous aurons à tenir cette ligne lors du prochain sommet européen et sans exprimer là encore de chantage ou d'ultimatum", a ajouté François Hollande, répondant aux menaces d'un veto du Royaume-Uni, un pays qui plaide pour des coupes claires.

La Pologne, à l'instar d'autres pays qui bénéficient des fonds structurels européens, fait partie des pays qui ont le plus à craindre du coup de rabot qui devrait affecter le budget de l'Union sur la période 2014-2020.

La France a de son côté beaucoup à perdre d'une diminution des budget de la PAC et mais a obtenu le soutien de la Pologne sur ce front.

"LA LIBERTÉ A UN NOM, C'EST L'EUROPE"   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Hollande et son homologue polonais Bronislaw Komorowski &agrave; Varsovie. La France et la Pologne ont pr&eacute;sent&eacute; vendredi un front uni pour d&eacute;fendre des positions ambitieuses dans les n&eacute;gociations qui d&eacute;cideront les 22 et 23 novembre &agrave; Bruxelles du budget de l'Union europ&eacute;enne sur la p&eacute;riode 2014-2020. /Photo prise le 16 novembre 2012/REUTERS/Peter Andrews</p>