Quarante-neuf nouvelles zones de sécurité prioritaires

jeudi 15 novembre 2012 13h39
 

PARIS (Reuters) - La France va créer d'ici septembre 2013 49 nouvelles zones de sécurité "prioritaires" bénéficiant de moyens spéciaux, après les 15 premières délimitées l'été dernier.

Les 64 territoires concernés comptant 1,6 million d'habitants sont censés bénéficier d'une action plus ciblée des diverses administrations et se voir affecter en priorité les nouveaux postes attendus dans la gendarmerie et la police.

"Ce travail collectif donne un sens à l'ambition gouvernementale en matière de sécurité, afin que la réponse publique soit complète : préventive, éducative, dissuasive, et, chaque fois que nécessaire, répressive", soulignent les ministères de l'Intérieur et de la Justice dans un communiqué.

L'Ile-de-France, le Nord, l'Est, les régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur concentrent la majeure partie des territoires où la sécurité sera renforcée.

Quarante et une sont en zone urbaine du ressort de la police, cinq en zone gendarmerie, plus rurale, le reste en zone mixte.

Hormis les 500 postes annuels supplémentaires de policiers et de gendarmes qui y seront prioritairement affectés, les ZSP devront compter sur les effectifs actuels, ce qui suscite l'inquiétude des syndicats de police.

Unité SGP police, premier syndicat au sein de la police en tenue, s'étonne d'une annonce faite "sans concertation" et estime qu'en l'état actuel des effectifs, ces nouvelles missions ne pourront pas être assurées.

"En effet, 8.000 postes de gardiens de la paix ont été supprimés au cours de ces cinq dernières", déclare son secrétaire général, Henri Martini, dans un communiqué.

Pour le dirigeant syndical, "rien ne pourra se réformer au sein du ministère de l'Intérieur sans un dialogue social rénové", après la politique du chiffre mise en place sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Thierry Lévêque, avec Gérard Bon, édité par Yves Clarisse