Les élus locaux optimistes sur la LGV Bordeaux-Toulouse

mercredi 14 novembre 2012 12h28
 

par Guillaume Serries

PARIS (Reuters) - Les élus locaux se veulent optimistes sur la réalisation de la ligne à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse malgré la crise économique qui met à mal les grands projets et la contestation d'associations de riverains et d'écologistes.

Toulouse est aujourd'hui en France la seule métropole régionale qui ne soit pas reliée au réseau grande vitesse, la préférence historique pour l'avion expliquant cette situation qui se heurte à la saturation programmée de l'aéroport local.

Pour Jean-Michel Vernhes, président du directoire de l'aéroport Toulouse-Blagnac, ce débat est aujourd'hui clos.

"La question de la concurrence est une question dépassée. Il faut jouer plus sur la complémentarité que sur l'opposition. D'où l'idée de concéder les trajets domestiques au rail, pour se recentrer sur des vols internationaux", estime-t-il.

Martin Malvy, le président de la région Midi-Pyrénées, les doutes appartiennent désormais au passé même si l'Etat semble tergiverser sur un projet de 7,8 milliards d'euros.

"Il n'y a qu'une question : le chantier de la LGV débutera t-il en 2017-2018 ?", a-t-il déclaré mardi lors d'un colloque organisé à Toulouse à l'initiative d'Eurosud Transport, le lobby en faveur de la liaison à grande vitesse.

La remise à plat du Snit (Schéma national des infrastructures de transport) par le ministre des Transports Frédéric Cuvillier en septembre ne menacerait donc le projet de TGV Paris-Bordeaux-Toulouse que sur la question des délais.

"Le ministre nous a rassurés", renchérit Pierre Cohen, maire de Toulouse et président de la communauté urbaine du Grand Toulouse. "Notre ligne est certainement celle qui sera retenue".   Suite...

 
<p>Malgr&eacute; la crise &eacute;conomique qui met &agrave; mal les grands projets et la contestation d'associations de riverains et d'&eacute;cologistes, les &eacute;lus locaux se veulent optimistes sur la r&eacute;alisation de la ligne &agrave; grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler</p>