Manuel Valls regrette à l'Assemblée ses propos sur le terrorisme

mercredi 14 novembre 2012 17h07
 

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a regretté mercredi à l'Assemblée nationale les propos qu'il y avait tenus la veille, en imputant un retour du terrorisme à la droite.

Dans le fil de François Hollande mardi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault lui avait demandé dans la matinée de renoncer à toute polémique à ce sujet.

Le député UMP Eric Ciotti, auteur hier de la question qui avait suscité la colère de Manuel Valls, a estimé après les "regrets" du ministre que l'incident était "clos".

L'échange à l'Assemblée, parti d'une polémique sur une supposée flambée de la délinquance depuis le retour de la gauche au pouvoir au printemps, avait provoqué une bronca dans les rangs de l'UMP et une suspension de séance.

La droite avait réclamé la démission ou, pour le moins des excuses, de la part de l'homme fort du gouvernement, accusé par la droite d'avoir commis son premier dérapage après un parcours presque sans faute.

"Je regrette les propos que j'ai tenus ici dans cette assemblée", a dit Manuel Valls, sans toutefois s'excuser, lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

Le ministre de l'Intérieur a invoqué la "nécessité de faire l'union entre toutes les forces politiques, entre tous les Français, pour combattre le terrorisme".

Il a estimé que le "meilleur exemple" avait été donné en mars dernier par François Hollande, alors candidat à l'élection présidentielle, lors de l'affaire Merah.

Eric Ciotti a dit prendre acte "avec satisfaction" de ces regrets.   Suite...

 
<p>Manuel Valls, le ministre de l'Int&eacute;rieur, a dit mercredi regretter ses propos de mardi &agrave; l'Assembl&eacute;e nationale o&ugrave; il paraissait imputer un retour du terrorisme &agrave; la droite. /Photo prise le 23 octobre 2012/REUTERS/Charles Platiau</p>