Les agriculteurs expriment leur mécontentement à Strasbourg

mardi 13 novembre 2012 14h49
 

STRASBOURG (Reuters) - Les agriculteurs du Bas-Rhin ont manifesté mardi à Strasbourg pour exprimer leur mécontentement à l'égard de plusieurs mesures gouvernementales qui nuisent, selon eux, à leur compétitivité.

Plus de 500 tracteurs, selon les organisateurs, ont convergé vers les locaux de la direction départementale de l'agriculture où une délégation devait être reçue.

"Compétitivité en agriculture, c'est maintenant ou jamais", affirme la FDSEA dans un tract qui vise à interpeller les pouvoirs publics, une semaine après la remise au gouvernement du rapport Gallois sur la compétitivité de la France.

Les agriculteurs dénoncent notamment la réduction du niveau d'exonération de charges sociales dont bénéficiaient les travailleurs saisonniers, qui vient d'être adoptée par l'Assemblée nationale.

"Voter cela au moment de la présentation du rapport Gallois, c'est d'une incohérence totale", a dit à Reuters Denis Digel, responsable de la section régionale fruits et légumes de la FDSEA.

"Et nous sommes en première ligne, avec l'Allemagne en face", a-t-il ajouté, référence à l'absence de salaire minimum et à l'exonération de charges totale dont bénéficient les agriculteurs outre-Rhin pour les saisonniers employés moins de deux mois.

"Notre première demande, c'est une convergence sociale européenne. On ne demande pas plus", a-t-il précisé.

Les manifestants demandaient également un aménagement d'un décret traduisant pour la France la directive "nitrates" de l'Union européenne, qui interdit l'épandage de lisiers sur les terres durant une partie de l'hiver, une mesure qui ne tient pas assez compte, selon eux, des spécificités régionales.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

 
<p>Les agriculteurs du Bas-Rhin manifestent &agrave; Strasbourg pour exprimer leur m&eacute;contentement &agrave; l'&eacute;gard de plusieurs mesures gouvernementales qui nuisent, selon eux, &agrave; leur comp&eacute;titivit&eacute;. /Photo prise le 13 novembre 2012/REUTERS/Vincent Kessler</p>