L'UE assouplit sa taxe carbone pour le secteur aérien

lundi 12 novembre 2012 20h32
 

par Barbara Lewis

BRUXELLES (Reuters) - La taxe carbone à laquelle les compagnies aériennes sont assujetties pour les vols à destination et en provenance de l'Union européenne va être suspendue sous condition, a annoncé lundi le Commissaire européen à l'Action pour le climat, Connie Hedegaard.

Bruxelles a fait l'objet d'intenses pressions en faveur de la levée de cette disposition qui risquait de provoquer une guerre commerciale avec les Etats-Unis, la Chine et l'Inde.

Connie Hedegaard a finalement accepté d'"arrêter la pendule" en attendant que soient réunies les conditions propices à des négociations internationales en vue de l'élaboration d'un plan de lutte mondial contre les émissions de gaz à effet de serre dans le secteur aérien.

"Mais, que les choses soient claires : si cette initiative échoue (...), inutile de dire que nous reviendrons à la situation d'aujourd'hui, cela automatiquement", a-t-elle averti.

Les vols intra-européens resteront soumis à la taxe carbone et les exonérations devront être mises en oeuvre par tous les Etats membres. Connie Hedegaard a dit en avoir informé les 27.

La compagnie Air France s'est félicitée de la décision annoncée par la Commission européenne pour les vols hors UE. "Cette annonce est de nature à apaiser les tensions internationales qui prévalaient autour de la directive européenne sur le système d'échange de quotas d'émissions de gaz à effet de serre", a déclaré une porte-parole de la compagnie française.

OPTIMISME

L'exécutif européen refusait de revoir sa législation en l'absence de dispositif alternatif approuvé par l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).   Suite...

 
<p>Le Commissaire europ&eacute;en &agrave; l'Action pour le climat, Connie Hedegaard, a annonc&eacute; lundi que la taxe carbone &agrave; laquelle les compagnies a&eacute;riennes sont assujetties pour les vols &agrave; destination et en provenance de l'Union europ&eacute;enne va &ecirc;tre suspendue sous condition. /Photo d'archives/REUTERS/Marko Djurica</p>