Ligue 1: carambolage en tête

lundi 12 novembre 2012 07h09
 

PARIS (Reuters) - Les trois leaders de la Ligue 1, dans l'ordre le Paris Saint-Germain, l'Olympique de Marseille et l'Olympique lyonnais, ont avancé au petit trot en ce week-end de la 12e journée marqué par une série de matches nuls et un resserrement en haut de tableau.

Un point. Les trois équipes de tête n'ont pris qu'un point, respectivement face Montpellier (1-1), Nice (2-2) et Sochaux (1-1), au risque de voir la foule des poursuivants se rapprocher au classement.

Les neuf premiers sont désormais dans un mouchoir: 23 pour le PSG et l'OM, 22 pour Lyon, 21 pour Saint-Etienne, Valenciennes et Bordeaux, 20 pour Lille et 19 pour Toulouse et Rennes.

Pour l'instant, le PSG version 2012-2013, qui s'apprêtait, disait-on avant le début de la saison, à écraser le championnat, est loin du compte. Et fait même moins bien que la saison dernière à la même époque. Le club totalisait alors 29 points.

Il faut dire que les Parisiens n'ont pas été favorisés par le sort dimanche face à Montpellier. Dès la neuvième minute, le capitaine Mamadou Sakho, exclu pour avoir agrippé Gaëtan Charbonnier, a dû faire ses adieux à ses coéquipiers.

Pour la deuxième fois de suite, ils ont dû se débrouiller à dix. La semaine précédente contre Saint-Etienne, Zlatan Ibrahimovic avait écopé de la même sanction pour un geste de kung-fu, ce qui expliquait son absence à la Mosson.

L'expulsion de Mamadou Sakho, au sujet de laquelle l'entraîneur Carlo Ancelotti et le manager Leonardo ont pesté après le coup de sifflet final, a toutefois été, d'une certaine façon, une bonne nouvelle pour le PSG.

En face, les Montpelliérains ont en effet paru déboussolés par ce coup de théâtre et n'ont pas su en profiter, contrairement au Parisien Maxwell, venu prêter main forte aux attaquants Jérémy Ménez et Ezequiel Lavezzi en fin de première période.

Le Brésilien a jeté un bref coup d'oeil en direction des cages de Geoffrey Jourdren et, d'un coup de patte, il a donné au ballon une trajectoire en forme de parabole par-dessus le gardien, jusque dans filets.   Suite...

 
<p>Duel entre Younes Belhanda (&agrave; droite) de Montpellier et le Parisien Blaise Matuiudi. Bien que r&eacute;duit &agrave; dix d&egrave;s la neuvi&egrave;me minute, le Paris Saint-Germain est all&eacute; chercher un match nul 1-1 dimanche soir &agrave; Montpellier, un h&ocirc;te qui a &eacute;galis&eacute; au tableau d'affichage puis en nombre de carton rouge avec l'expulsion de Belhanda. /Photo prise le 11 novembre 2012/REUTERS/Pascal Parrot</p>